Pour les amoureux de vitrail, le Sanctuaire Don Bosco

1750 vs 1950

Si on vous décrit une ville qui prend la forme d’un avion. Vous croirez certainement que nous sommes atterris (jeux de mots) aux Émirats Arabes Unis. Cette ville, du centre agricole du Brésil, est conçue dans les années 50 par des architectes qui ont le mandat d’imaginer la cité qui arrachera le titre de capitale à Rio.

Rencontre de Julien, Français qui roule en moto depuis près de 3 ans!!
Rencontre de Julien, Français qui roule en moto depuis près de 3 ans!!

Le cockpit abrite des bâtiments gouvernementaux d’importance. Le fuselage est composé d’édifices à bureaux, d’espaces verts, de monuments, du terminus de bus, de centres d’achats… les ailes sont formées de quartiers d’habitation!! Le moins qu’on puisse dire, c’est flyé!! Les rues sont larges, longues et droites. Les bâtiments sont à étages multiples, l’architecture est épurée et harmonieuse. Futuriste!

Brasilia, ville en forme d'avion!
Brasilia, ville en forme d’avion!

Le Brésil, un pays de contrastes, nous permet de constater la différence entre deux époques de façon spectaculaire. En plus des gens d’origine si variées qui compose le pays, le contraste entre les villes de Goias et Brasilia le démontrent parfaitement.

Architecture futuriste de Brasilia
Architecture futuriste de Brasilia

Nous passons également par Cidade de Goias où l’on se retrouve soudainement en 1750 à l’époque glorieuse des Portugais.
Les rues sont tortueuses et faites de pierres, on ne peut y circuler que très lentement. Les maisons n’ont qu’un étage. Elles sont toutes de stuc et peintes d’une couleur pastel. Les corniches et les cadres de fenêtres sont blancs. Il y a plusieurs églises. Un rio la traverse lentement établissant ainsi le rythme. C’est la colonie.

Goias, la coloniale
Goias, la coloniale

On a même la chance d’assister à une séance de Capoeira. C’est un art martial qui origine des méthodes de combat et les danses des peuples africains du temps de l’esclavage au Brésil. C’est maintenant un exercice pratiqué par les grands et les petits. Ça nous fait même parfois penser au break-danse. Fascinant!! On ne s’initie pas mais on se donne chaud dans les trilhas (sentier) et on se récompense par des baignades aux cachoeiras (chutes).

Capoeira
Capoeira
Trilhas, cachoeira et cajou
Trilhas, cachoeira et cajou

Cidade de Goias permet de circuler à pieds et de s’y sentir en vacances. La Praça centrale de Goias s’offre en spectacle à tous les jours vers 17h. En effet, ses habitants viennent y relaxer autour d’une rotonde à l’ombre des manguiers. Jeunes et moins jeunes s’y retrouvent On peut y déguster une bière ou un jus de cajou avec un sac de pipoca (popcorn) en admirant le soleil couchant. Bien belle habitude!

Comidinhas, pipoca et piquis
Comidinhas,pipoca et piquis

L’efficacité de Brasilia est quant à elle surprenante. La circulation automobile est fluide, l’axe central de circulation est si large que le bruit en émanant est minimal. Les virages à gauche se font par des bretelles d’accès évitant les bouchons. Bref, on a appliqué des principes qui fonctionnent encore cinquante ans plus tard!!

Pour les amoureux de vitrail, le Sanctuaire Don Bosco
Pour les amoureux de vitrail, le Sanctuaire Don Bosco

Le charme de Cidade de Goias est indéniable. Les résidents sont accueillants et on peut y pratiquer notre portugais facilement. Les commerçants sont tout aussi gentils et reconnaissants de notre passage dans leur ville. L’échange d’adresse courriel et d’identité Facebook est inévitable.

À Brasilia, on passe inaperçu. Le rythme y est rapide. Sans automobile, on est plutôt pris au dépourvu. Merci SUZUCAMP! On y travaille, les télés sont branchées sur le réseau décrivant la vie politique. Madame Rousseff, la présidente, est en vedette! On s’y sent malheureusement un peu comme un intrus. Le piéton n’y est pas le bienvenu. Les automobiles sont en grand nombre et tiennent le haut du pavé!!

Cathédrale de Brasilia
Cathédrale de Brasilia

Le Brésil n’est vraiment pas que plages, favelas, nature et soccer…

8 réflexions au sujet de « 1750 vs 1950 »

  1. Allo les téméraires, on sent vraiment les beauté du Brésil! Ça donne le goût de partir,
    A plus les sans adresses! Lorraine XX

  2. Excellent reportage! J’adore la présentation faite par l’opposition de deux villes avec des histoires bien différentes.

    Bonne continuation!

    1. Ah! pas de nids de poule à Brasilia, pas de planche à laver MAIS des problèmes de stationnement. Il n’y a rien de parfait.

      xx

Laissez-nous vos commentaires