Au pays des cowboys et des indiens

Nous sommes à Amarillo au Texas. C’est l’endoit où se trouve le fameux restaurant Bob the Texan Steakehouse. Ce restaurant propose à la clientèle le pari suivant; Si vous pouvez manger un steak de 72 onces (4.5 livres) en moins d’une heure, il est gratuit!! Nous avons bon appétit mais nous décidons de ne pas tenter notre chance.

Nous allons voir un bout de la vieille route 66. On y trouve quelques antiquaires, pubs et restos. On mange local… beaucoup de viande bien sûr!! Tout de même pour les estomacs solides!

On se rend au Civic Center où se déroule le Ranch Worker Rodeo World Championship. On se demande si on ne peut pas aller là ce soir. Question de ne pas passer la soirée dans la salle de lavage car il vente à écorner les bœufs et qu’on fait du camping! On ne pourra pas passer la soirée dehors! Rester assis dans l’auto est simplement hors de question.

Malheureusement, on a la déception d‘apprendre que l’événement est ‘sold out’. Par contre, il y a une foire commerciale. C’est ouvert au grand public. On s’y promène tels deux touristes. SINCÈREMENT… on fait vraiment OUT!!  On est les seuls à ne pas porter de bottes, de chapeau de cowboy et de jeans Wrangler. Même les petits enfants ont leur attirail. Ils sont beaux à voir, spécialement lorsque toute la famille porte des chemises agencées. Plusieurs insèrent leur pantalon dans leurs bottes. Ça, c’est vraiment moins ‘cute’ mais c’est certainement pratique pour ne pasle bas des pantalons!! A cette foire, on y vend des lassos, gants, éperons, chapeaux, bottes, selles, chaps… tout pour le cowboy! Les bottes peuvent coûter plus de 400$… Il y a même un docteur du chapeau. Il répare les chapeaux malmenés.

On rencontre M. Rodina qui a son show de radio et qui est représentant de Purina. On l’intrigue avec nos gougounes et notre look de « citadin ». On jase avec lui et on lui dit qu’on n’a pas de billets pour ce soir. Il nous dit de revenir le voir dans vingt minutes! Bin comme de fait, on a eu des billets!

Heureux comme des rois, on se dirige à l’épicerie pour s’y procurer un bon steak du Texas! De retour au camping, on soupe et on essaie de s’habiller à l’image d’un cowboy, le plus possible. C’est bon un faux-filet texan!!

Tous ces efforts pour obtenir des billets en valent la peine. On a droit à tout un show. Les épreuves se succèdent à un rythme rapide. On débute par un  peu de rodéo, soit des cowboys qui enfourchent des broncos. Ensuite, des équipes formées de quatre cowboys s’affrontent dans trois types d’épreuves. La première consiste en la capture de deux veaux au lasso par les quatre cowboys sur leur monture. Deux cowboys s’attaquent à un veau. Il faut passer un lasso autour du cou du veau et un à une patte. Ils doivent ensuite renverser le veau par terre et lui attacher les 4 pattes. Ils doivent faire le travail de capture en moins de deux minutes. Disons qu’il y a des veaux très fringants qui ne sont pas piégés.

L’épreuve suivante est celle de la traie de la vache « mature ». Un cowboy attrape au lasso une vache et ses trois comparses cowboys essaient de l’immobiliser pour en tirer quelques millilitres de lait. Pendant que le cowboy sur son cheval garde le lasso tendu, un de ses collègues attrape la queue, l’autre la tête et le dernier procède à la traie. C’est fringant une vache!! Certains cowboys se font littéralement traîner dans la terre boueuse et parsemée de bouses de chevaux!!

La dernière épreuve de la soirée est le tri des veaux. De trente veaux numérotés de un à dix, soit trois numéros un, trois numéros deux et ainsi de suite jusqu’à dix. Il faut isoler trois veaux portant le même numéro et les enfermer dans un enclos. C’est honnêtement impressionnant de voir manœuvrer les quatre cowboys sur leur monture. Les chevaux sont d’ailleurs très agiles. De par leurs feintes, ils dirigent les veaux à leur guise. Plutôt surprenant!

Voici un extrait vidéo de notre soirée :Ranch Rodeo World Championships

Monsieur Rodina de Purina rend deux québécois bien heureux! Il nous permet de connaître un peu plus la culture du ‘working rancher’ qui perdure encore aujourd’hui.

8 réflexions au sujet de « Au pays des cowboys et des indiens »

    1. J’aurais bien aimé montrer à monsieur Rodina que je connaissais ça! Une photo avec mon trophé et mon mouton ou en train de faire de l’équitation. J’avais beau lui dire que j’avais eu des moutons et des chevaux, il n’avait pas l’air de me croire!

  1. Salut à vous deux! Au japon, j’ai vu une sorte de rodéo. Des japonais en costume traditionnel (et à pied) attrapaient des chevreuils avec des sortes de lasso pour leur couper les cornes. (note : Je sais que vous allez y penser, alors que je tiens à dire que non, je n’avais pas bu de saké cette journée là).

    C’était très différent du Texas Rodéo, mais c’était quand même spectaculaire.

    J’ai hâte de lire les prochaines étapes!

    1. Bon Stéphane, euh Estenan, je ne suis pas certaine des écureuils à cornes là. Si tu me faisais parvenir une photo, je suis certaine que tous les amis du blogue apprécienraient!

Laissez-nous vos commentaires