Au pays des fruits et de l’agave

Solnours à Puerto Vallarta
Solnours à Puerto Vallarta
Journée de vidanges à Puerto Vallarta
Journée de vidanges à Puerto Vallarta

 

 

 

 

 

 

 

 

L’accès à l’autoroute de Puerto Vallarta passe par une petite route à donner mal au cœur au plus fervent fan de La Ronde. Martin adore! Le Jacques V. en lui est à son meilleur. Je découvre de nouvelles « prises » dans le Suzucamp.

Achat de sapin chez Woolworth
Achat de sapin chez Woolworth

En route vers Puerto Vallarta, les inspections de l’armée  et de la police se poursuivent. Nous passons chacun des points sans se faire arrêter. L’auto est parfaite, elle est juste assez belle pour ne pas avoir l’air d’un danger public mais pas assez belle pour leur donner le goût de nous extirper des dollars. Les policiers sont souvent cagoulés. Est-ce pour se protéger de la poussière? Du soleil? À moins qu’ils ne veuillent pas se faire reconnaitre, histoire de protéger leur famille?

L’autoroute est belle. On y vend des crevettes sèches partout car on est en bord de mer. Mais aussi des oreillers, des ananas, des melons et même des perruches… (!?!) Les gens se postent sur le bord de la route à environ deux cents mètres les uns des autres et gesticulent pour attirer notre attention. Ça va ainsi pendant des kilomètres et des kilomètres. Pourquoi ces gens vendent-ils tous les mêmes produits? Selon nous, il faut se placer après le dixième vendeur car c’est à ce moment là que notre processus décisionnel s’enclenche!! On a été exposé à la pub pendant cinq minutes et on est maintenant prêt à acheter après une couple de kilomètres de vendeurs!!

50 pesos pour une paire d'oreillers!
50 pesos pour une paire d’oreillers!
Livraison de piñas
Livraison de piñas

On entre dans la province du Jalisco. On est au pays de la tequilla, soit de l’agave! On traverse des champs d’agaves sur plusieurs kilomètres. Les plants ont une teinte bleutée au soleil, très bien allignés de façon symétrique. On s’achète des fraises lorsqu’on arrête à l’un de nos nombreux péages. Les fruits ici sont succulents (légumes aussi). On boit des jus frais sans retenue.

Fraises...panier inclus
Fraises…panier inclus

Guadalajara

Guadalajara est un paradis du touriste qui aime marcher. Au centre historique, il y a plusieurs rues piétonnes qui s’étendent de la Place des Mariachis à la Place d’Armes. On y voit même une mariachi femme!!

Soirée à Guadalajara!
Soirée à Guadalajara!
Prêt pour la fête!
Prêt pour la fête!
Place des Mariachis
Place des Mariachis

On voit des poinsettias de Noël partout, en espagnol, ce sont des noche buenas! Le centre historique est rempli de sculptures, statues et fontaines. On se sent en sécurité. Il y a du monde partout. Il y a de l’action et plein de micro-commerces.

Malgré notre bel hôtel, on dort mal car nous sommes dans une bâtisse historique avec cour intérieure. C’est très écho et les employés font du vacarme toute la nuit. Notre auto est dans un garage gardé par  la vigilencia, mais ça (comme à l’habitude): ils ne sont « pas responsables des objets à l’intérieur de la voiture qui pourraient disparaître ».

Morelia

Morelia respecte le concept de ville coloniale. Nous apprécions le marché des bonbons et de l’artisanat. Les boules de noix de coco, genre de macaron géant, sont parfaites pour prendre quelques livres. On essaye de se contrôler.

Macarons de noix de coco
Macarons de noix de coco

On passe pas mal de temps dans un marché local où l’on vent de la mousse de sphaigne. Ils fabriquent leurs crèches de Noël avec ça.

La ville porte son nom grâce à Monsieur Morelos (c’est là qu’il est né et qu’il a vécu). Il a été un pilier de l’indépendance du Mexique face à l’Espagne.

La bouffe de la journée : Pozole rojo, enchiladas, buritos et chilaquiles. Notre lunch est pris sur la rue. Super bon et le fun… puis on soupe chez Sandborns (grand magasin) qui a des allures de Normandin!

Pozole
Pozole

L’office du tourisme nous accueille en grand avec des cadeaux : mappe, crayons et bracelets. Ils nous remettent aussi une superbe carte avec des trajets de marche suggérées. C’est vraiment cool. On marche jusqu’à en avoir mal aux pieds, hanches, dos… C’est le party dans les rues à l’approche de Noël. Il y a plusieurs places publiques. La ville est propre et bien entretenue.

On termine la journée avec des feux d’artifices à la cathédrale. Les pétards durent jusqu’au lendemain matin. Tout semble être une bonne raison pour faire le party. Quelle belle attitude!

Feux d'artifice à Morelia!
Feux d’artifice à Morelia!
Morelia!
Morelia!

À notre sortie de la ville, on découvre le superbe aqueduc de style  Romain et le superbe parc qui le longe. On pourrait jogger avec les Moréliens mais on n’en sent pas l’utilité avec toute la marche que nous avons engrangé. En plus, la rue « principale » du centre historique est fermée aux voitures le dimanche matin… Ce qui fait le bonheur des piétons, cyclistes et des gens qui dorment le dimanche matin!!

Bulles à souffler!
Bulles à souffler!

6 réflexions au sujet de « Au pays des fruits et de l’agave »

  1. Salut M et M, c’est Stephanie (et Juan) de San Cristobal. Je crois que Morelia était notre cité preferée—même que nous y étions depuis 4 jours, et chaque jour il pleuvait! Nous sommes à Calderitas au moment, au bordre de Belice, et vous??

  2. Quel plaisir de voyager avec vous!!! Martin et moi revenons d’une semaine à Cancun. De toute beauté. Avec vos récits on continue à être en vacances. Bonne route et au plaisir de continuer à vous lire. Isabelle & Martin

  3. C’est tentant de partir vous rejoindre. Vous avez du plaisir à voyager. Je n’ai pas réussi à vous donner des nouvelles avant. Problemes avec mon ordi. Bonne journée! Guylaine et cie

Laissez-nous vos commentaires