Les fameux pesos argentins

Buenos Aires…l’Europe en Amérique du sud et le blue!

Top 5 : Marvilloso a Buenos Aires

  1. Marcher sur les grandes avenues à admirer l’architecture et les monuments. On se croirait en Europe.
  2. Visiter le Teatro Colon et avoir la chance d’assister à une répétition. On a droit à une pièce complète jouée par l’orchestre philarmonique de Buenos Aires. C’était beau…quasi irréelle d’être dans la loge centrale de ce théâtre grandiose avec plus de musiciens que de spectateurs.
  3. Flâner dans le quartier Palermo…c’est leur coin branché style Outremont. Déambuler dans le Madero, qui ressemble (un peu plus hot quand même) à notre canal Lachine. Se balader en bateau-taxi à Tigre, une ville avec des quartiers résidentiels bâtis à même les bras de terre du Delta  (un genre de Venise…en campagne).
  4. Se déplacer avec le bus de la ville… une fois qu’on a compris comment la bible des trajets fonctionne, on peut aller n’importe où sans attendre car il passe un bus aux minutes!
  5. Cafe y medialunas : Une habitude bien ancrée dans la vie des Argentins est de prendre un café et deux mini-croissants. On sert généralement un verre de jus d’orange ou d’eau gazéifiée avec ce duo. Ça se consomme tout au long de la journée. Vers 16h, on voit très bien que plusieurs clients viennent de terminer leur sieste. Ça permets de patienter jusqu’au souper qui aura lieu vers 22h. Certains préfèrent les tostados. Ça peut soit être une version de notre « grilled cheese » à trois tranches de pain très mince parfois avec jambon. D’autres préfère étendre du dulce de leche, un genre de caramel qui goûte un peu le sucre à la crème. C’est un peu comme s’ils déjeunaient deux fois par jour!

 

Top 10 surprenant (on ne pouvait pas réduire à 5)

  1. Buenos Aires a 7 équipes de soccer!
  2. Au guichet, on ne peut que retirer l’équivalent de 200$ avec des frais de 4$. Le taux de change officiel pour le peso argentin est 5,15$ US. Le blue est bien différent. C’est le taux de change du marché noir. Il est même publicisé dans les journaux!  C’est le taux qu’on peut avoir en visitant les bureaux illicites (ou certains dépanneurs, restos, pharmacies etc.). On se fait solliciter constamment sur la rue. Le hic, ça prend des dollars américains dans ses poches. Merci à Bernard et Louise de nous avoir vendu leurs billets verts sinon, il est impossible de s’en procurer. Ce n’est pas compliqué, à notre arrivée, on pouvait avoir 7 pesos pour 1$… quelque semaines plus tard, on a eu 8,10!! Certains économistes prévoient même qu’il se rende à 12 d’ici la fin de l’année. Les Argentins ont une économie très contrôlée… et le ministère des finances (aussi connu sous le nom de ministère des dépenses) trouve des façons farfelues de « gérer » la valeur de leur devise. Entre autre, les entreprises doivent avoir une balance équilibrée… autant d’imports que d’exports. Si ton entreprise fabrique des tracteurs et que tu dois importer des pièces, tu devras exporter quelque chose, comme par exemple, des crevettes!! Ce n’est pas très bon pour la compétitivité des entreprises!
  3. Ils passent leurs files de câble à l’extérieur des édifices. Ça fait des méchants spaghettis.
  4. L’artisanat : leurs marchés sont superbes. Il y en a beaucoup et ce qu’ils font est vraiment beau et original. C’est notre salon des métiers d’arts à longueur d’année…en plein air et, au quart du prix.
  5. La culture du polo est très présente. Ça va certainement avec l’importance qu’est donnée aux classes en Argentine et la très grande différence entre la richesse des uns et la pauvreté des autres.
  6. Le nombre exagéré d’employés dans les boutiques… Ça déborde et ce n’est vraiment pas efficace. La pause est très à la mode. C’est aussi le cas pour les employés municipaux, les services de transport etc.
  7. Les restos se remplissent à 11h le soir.
  8. La vente d’articles de luxe usagés: montres, bijoux, meubles, lustres, argenterie etc. Ils ont été riches, plusieurs ne travaillent pas et se sont tellement fait dévaluer leur fortune (de plus de 40% du jour au lendemain en 2001), qu’ils doivent vendent l’héritage familial.
  9. Le maté, c’est un genre de thé amer. C’est la boisson nationale! Ça se boit dans une calebasse (courge séchée) avec une bombilla (paille /filtre d’inox). La particularité c’est qu’on doit le préparer constamment. Donc, il faut aussi transporter le thermos d’eau chaude et sans cesse verser de l’eau, pratiquement gorgée par gorgée.
  10. L’horaire typique de l’Argentin : Il se lève vers 7h car il travaille à 8h ou 9h. Vers 13h, il va luncher et ira faire la sieste vers 15h. Évidemment, tout est fermé entre 13h et 16h. Vers 17h, il repart au travail et termine vers 20h pour aller souper vers 22h.  D’autres ont la chance de se retrouver, à toutes heures du jour, entre amis dans un parc pour le maté. Des vendeurs itinérants vont à travers les attroupements pour offrir du gâteau, de la tarte, des biscuits faits maison. C’est l’économie au noir.

Top 5 Ordinario

  1. Les Argentins sont gentils en général mais si tu ne demandes pas, tu n’auras pas. Ils ne font pas « l’extra mile ». Nous avons eu, à plusieurs reprises, de mauvaises expériences dans les bureaux de tourisme.
  2. Il y a des files partout et les gens semblent être résignés. Ils attentent en ligne pour payer leurs factures car ils ne mettent pas leur argent à la banque. Ils peuvent ainsi éviter les règlements de retraits. Il n’est pas intéressant d’épargner car l’inflation est trop importante.
  3. Les piétons n’ont pas priorité : JAMAIS. Même quand la lumière est verte, on doit attendre qu’il n’y ait plus de voiture. Les chauffeurs, surtout ceux de bus, semblent prendre plaisir à chasser les piétons de la rue.
  4. C’est difficile de dormir à BA. Il y a beaucoup d’action le soir (nuit!). Ils ont la mauvaise habitude de casser leurs bouteilles de bière dans la rue. Vive nos canettes!
  5. Les écarts importants de richesse…Il y a beaucoup de monde qui dors dans les pars. Ça semble être autorisé ou toléré. Ils ont aussi une gestion déficiente des déchets. Les robineux (et il y en a en masse!) vident les conteneurs pour retirer bouffe mais surtout carton et autres items recyclable ou même réutilisables. On voit souvent des gens vendre toutes sortes d’objets usagés sur le trottoir.

13 réflexions au sujet de « Buenos Aires…l’Europe en Amérique du sud et le blue! »

  1. Quel danger que d’élire des deux de piques à la tête d’un gouvernement de quelque niveau que ce soit! Ils nous font les poches et ils s’engraissent au passage et tout cela pour notre bien, disent-ils.
    Je souhaite que les Argentins s’en sortent un jour, et les Vénézuéliens, et les Haitiens et les Québéquois et les Montréalais aussi. Suivez la Commission Charbonneau… Ça porte à réflexion

    1. C’est vrai! Mais j’avoue que lorsqu’on se compare…on se console (très vite!). Notre implication pacifique dans la politique en tant que peuple nous épargnera peut-être de se rendre jusque là.

  2. Salut les amis ! Quels bons tops, je vous comprends de ne pas être capable de vous restreindre 5 ! Ca demeure un mystère pour moi ce beat de vie… Manger vers 23h et se lever 7h… t’as beau faire la sieste, il me semble que j’aurais des brûlements d’estomac 🙂
    À bientôt xx

    1. Ahh Josianne…source d’inspiration des tops!

      Je dois t’avouer qu’on a fini par prendre un certain beat… on mangeait vers 21h-22h. Je dois te confirmer que 1- j’avais des brulures d’estomac (allo! Ils mangent du gros steak en plus!) 2- On n’aurait pas bien travaillé à 7h 3- On comprends peut être mieux l’innéficacité (pauvre monde…avec 4h de sommeil, ils font ce qu’ils peuvent!) car ce n’est pas tous qui ont la chance d’aller faire une sieste.

  3. Salut les tourtereaux,

    on rajouterait à votre liste : la pizzeria Guerrin, la librairie El Ateneo, les milongas, le chimichurri… et les alfajores! Je pourrais aussi lister quelques clubs mais à l’heure ou les argentins font la fiest, vous êtes déjà debout pour le jogging!

    Merci de nous faire rêver!

    Go Boca Juniors!!!

    Simon et Judith (toujours en attente de leur progéniture qui tarde à se pointer le nez… au plus tard samedi!)

    ps pour nous écoeurer vraiment, trouvez des vins de la Bodega La Azul ou de Carmelo Patti… Ça va nous achever!

  4. Toujours intéressant de suivre votre périple. Profitez-en bien! Ici, période d’impôts, pas le fun.
    Notre aîné a eu 34 ans hier et il est overseas. On pense au jour le jour, comme les AA.

Laissez-nous vos commentaires