Bem vindo ao Brasil… à l’heure des graves décisions

Après deux belles nuits passées en bus à partir de Sao Paulo, on récupère notre voiture dans le nord de l’Argentine. On met la clé dedans et elle redémarre comme au premier jour!!!

On reprend aussitôt la route en direction nord vers le Brésil. On s’arrête dans un camping à San Ignacio en Argentine. Les Jésuites y sont d’ailleurs passés bien avant nous comme en témoigne les ruines dans cette région…

Au camping, on trouve une belle piscine, des douches à l’eau chaude, une plage sur la rivière Parana qui sépare l’Argentine du Paraguay. On s’y installe pour quelques jours histoire de reprendre vraiment possession de notre chez nous! On en profite pour nettoyer le bolide…

Retour en Argentine et Campign à San Ignacio
Retour en Argentine et Campign à San Ignacio

On doit aussi prendre des décisions sur l’itinéraire qu’on suivra, et ça, ce n’est pas facile!! La première étape du plan c’est de se rendre dans le Brésil profond, soit le Pantanal pour y voir des oiseaux, des piscines naturelles et des caïmans.

Ensuite, on doit choisir…

  • Remonter vers le nord par le centre du Brésil et atteindre Manaus en Amazonie pour éventuellement entrer au Vénézuela et en Colombie… On a trouvé un transport « économique » pour apporter l’auto de Catagène à Baltimore (oui, oui, aux States) OU on peut le traverser à nouveau au Panama.Tout dépend de notre envie de conduire à nouveau en Amérique Centrale et au Mexique.
  • Prendre vers l’est pour atteindre Brasilia, la capitale et ensuite foncer sur la côte à Salvador de Bahia. De là, on peut remonter sur la côte, de plage en plage vers Belem. On pourra alors mettre le bolide sur une barge pour remonter le fleuve Amazone et atteindre Manaus…

Le Brésil, c’est très grand! Merci de sympathiser avec nous. Ne pas savoir ce qu’on va faire comme circuit durant les prochaines semaines… Quel circuit feriez-vous?

Parilla Québécoise
Parilla Québécoise, on avait apporté une réserve de plaques en cas de besoin.

Une famille d’Hollandais s’installe à côté de nous. Ils débutent leur voyage dans leur ‘campeur’. Ils se lancent à l’assaut d’Ushuaia…le bout du monde! Ils sont accompagnés de leurs deux enfants à qui ils font l’école. Ils font la preuve que ce n’est pas parce qu’on a des enfants qu’on ne peut pas voyager.  En leur compagnie (les parents là, pas les enfants!), on fait une dégustation de plusieurs alcools… Le pisco du Pérou, l’aguardiante de l’Équateur, le rhum Cubain et du Licor 43 d’Espagne.  La discussion est facile et agréable. Voici le site des 4 amigos

L’entrée au Brésil est très simple. On montre notre visa et il vous laisse entrer. Même pas besoin d’importer temporairement notre bolide. C’est la nouvelle loi depuis le mois de mai.  C’est une grande et excellente nouvelle pour nous. On peut donc vendre notre SuzuCamp ou même le laisser sur le bord de la route et sortir du pays car les autorités n’ont aucune trace de notre véhicule!! Ce qui n’est pas le cas avec tous les autres pays DOUZE pays que nous avons traversés depuis notre départ. Ces importations temporaires nous obligent à ressortir la voiture du pays ou à payer des taxes astronomiques (80% à 100% de la valeur de l’auto) si on désire la vendre en plus d’avoir à gérer la paperasse.

Nous ne savons pas ce qui doit être fait si la voiture devient irréparable ou volée. Il faut certainement en débattre avec les autorités. Sachant que nous sommes des gringos, et qui dit gringos, dit riche, nous avons bien peur de cette solution.

Les grands toucans étaient nombreux à venir manger dans l'arbre près de notre tente
Les grands toucans étaient nombreux à venir manger dans l’arbre près de notre tente

Bonito près du Pantanal

  • Camping vraiment abordable qui comprend tous les services. En plus, on a droit à des températures agréables, soit 35 degrés le jour et 20 la nuit!!
  • Bière à 90 cennes et  filet mignon à 9$/kg
  • Toucans, aras et autres oiseaux en liberté qui vivent dans les arbres près de nous
  • Rivière turquoise qui nous sert de piscine
  • Petite ville charmante avec une rue principale animée

    Perruche, Pic bois, Ara, Toucan...
    Perruche, Pic bois, Ara, Toucan…tous pris en photo à moins de 5 mètres de notre tente!

À notre camping, on a même la chance de parler en français car il y a trois couples de Français et deux couples de Flamands/Belges. Eux se baladent en Range Rover version ‘Campeur de brousse’. Ils sont vraiment full-equiped!! Impressionant!  Au bout de quelques jours, 2 couples de Suisses viennent remplacer les français. Ils voyagent deplus plus de 3 ans!  Ils sont tous des voyageurs aguerris avec qui il est agréable de discuter.

Le site d’Anne et Olivier

Le site de Jacques et Cathy

Le site de Christa et Johann

Le site de Melanie et Werner

Le camping Rio Formoso à Bonito
Le camping Rio Formoso à Bonito

En terminant, voici quelques-uns de nos « meilleurs » récapitulatifs…

À visiter en famille

  • Isla de la plata, Équateur. On la surnomme les Galápagos des pauvres. On peut y voir, entre autre, les fous à pattes bleues.
  • Morelia, Mexique pour y voir les papillons monarque qui ont migré du Canada.
  • Punta Arenas au Chili pour voir les pingouins de Magellan
  • Puracé en Colombie pour voir l’écosystème páramo et ses vaches laitières
  • Jaco au Costa-Rica pour les plaisirs de la plage, du surf et des couchers de soleil!

    Isla de la Plata, Équateur
    Isla de la Plata, Équateur

 

Vie des gens riches et célèbres

  • Visiter Buenos Aires avec des $US comptant dans les poches
  • Faire une croisière autour de l’Amérique du Sud en ayant magasiné sur vacationtogo.com
  • Voler en Première classe sur LAN en ayant magasiné sur Priceline
  • Dormir au Casa Andina à Lima gagné sur Sky Auction
  • Aller passer 24h à Foz d’Iguazu en partant de Buenos Aires en avion, un petit tour au-dessus des chutes, un taxi à notre entière disposition et la visite des chutes du côté Argentin puis Brésilien…an et prendre l’avion à la fin de la journée pour se rendre à Rio.

    Notre vol vers Santiago en première classe. LIT INCLUS!
    Notre vol vers Santiago en première classe. LIT INCLUS!

Aventure

  • Escalade et randonnée à Moab au Utah
  • Trek vers la Ciudad Perdida en Colombie
  • Rafting à Tena en Équateur et balade dans l’Amazonie
  • Ascension du volcan Purace en Colombie
  • Cuire des guimauves sur les cendres du volcan Pacaya à Antigua au Guatemala

    Terrain de jeu à ciel ouvert... Moab, Utah
    Terrain de jeu à ciel ouvert… Moab, Utah

Romantique

  • Montevideo en Uruguay et sa fontaine de l’amour où l’on peut y cadenasser notre amour!
  • Memphis aux USA et se balader à Graceland en écoutant Elvis Presley!
  • Salento en Colombie et déguster un café frais moulu par leur ambassadeur Juan Valdez!
  • Ushuaia en Argentine… petite ville du bout du monde! Genre St-Sauveur ou Knowlton!
  • Tigre en Argentine, près de Buenos Aires où l’on vogue dans le delta du rio de la Plata!

    Fontaine de Montévidéo
    Fontaine de Montévidéo

Bouffe

  • Chicha morada du Pérou, breuvage de maïs mauve!
  • Fruits frais… surtout des mangues de le long de la Panamericaine
  • Yuca avec sauce à l’ail et poulet à David au Panama
  • Parilla de steak partout en Argentine
  • Platano (banane)… surtout en Colombie mais l’essentiel, c’est que ça soit frit et bien salé!

    L'Amérique du sud en mangeant!!
    L’Amérique du sud en mangeant!!

 

Bikini mini

Rio et le Brésil sont réputés pour leurs plages et…on doit l’avouer, les fesses à l’air! Les filles vont à la plage en bikini…brésilien. La particularité c’est la culotte. Oui, ça peut-être du « fil dentaire ». Ils appellent vraiment ça comme ça. Ce qui est plus joli ce sont ceux avec un peu plus de tissu…mais moins que les nôtres. Bon. Il faut comprendre que TOUTES ont le droit de porter ces maillots. Pas de discrimination et pas de complexe non plus. En tout cas, moi j’en ai plus. Grosses, petites, plates, molles, bombées, blanches, rouges ou bronzées, il y en a pour tous les goûts. Ceci dit, notre préférence s’est arrêtée sur les joueuses de volleyball. Voir autant de fesses surprend au début mais on finit par s’habituer. Surement comme les chevilles à une certaine époque!

Bikinis de volleyball
Bikinis de volleyball

On nous disait que les brésiliens sont fans de chirurgie esthétique. On peut surtout confirmer, à notre grand étonnement et bonheur, qu’ils sont adeptes de la forme physique. Peut-être que c’est dans un but d’apparence plus que de santé mais c’est une situation où la fin justifie les moyens. Les filles aiment les leggins colorés et multicolores. Les gars aiment se promener en « chest ». Tous aiment les souliers de course qui flashent…style Noosa ou Kayano. Ça se vend près de 400$ ici!!! Et dire qu’on se plaint du prix chez nous.

Nous en profitons pour vous partager notre article concernant le voyage et la forme, deuxième collaboration avec le site moimessouliers.org. Cette fois-ci, nous parlons justement des stations d’exercice en plein air très populaires à Rio.

Nous passons quelques jours de plus à Rio. Nous demeurons dans la Favela Cantagalo. Coincé entre Copacabana et Ipanema! Une fois notre peur surmontée, on apprécie le quartier. C’est la vraie vie. C’est ce qu’on aime voir quand on voyage. On mentirait de vous dire qu’on dort bien. Le bruit est assez impressionnant. C’est ça vivre collé sur son voisin sans trop de règles. La vue de la terrasse le matin nous fait oublier le chaos de la nuit précédente.

Les favelas sont construites par leurs habitants sans trop de restrictions.
Les favelas sont construites par leurs habitants sans trop de restrictions.

Notre route de retour vers la voiture passe par Sao Paulo. MEGAPOLE!! Ouf, la ville est un vrai labyrinthe. Par chance, elle est équipée d’un métro en mesure de servir une population de plus de 19 millions de personnes!! Certains charmes de la ville incluent sa population asiatique et le shopping à la « canal street de New York ». On dit que la ville a plus de 14 500 restos. Avec un coût de la vie qui ressemble aussi à NY, les voyageurs à long terme comme nous doivent malheureusement s’abstenir.

Sao Paulo...et les importations chinoises!
Sao Paulo…et les importations chinoises!

Après 10 mois de voyage, voici quelques-uns de nos « tops ». Dites-nous les sujets de tops qui vous intéresseraient pour notre prochaine édition?

Sites archéologiques

Copan, Honduras
Copan, Honduras

 

  1. Copan, Honduras
  2. Ciudad Perdida, Colombie
  3. Teotihuacan, Mexique
  4. San Agustine, Colombie
  5. Le Pérou!! Avec la vallée sacrée, le Machu Picchu, Caral, Chan Chan…

Bouffe dégeux

Les vers blancs cuits à l'étuvée avec têtes de violon
Les vers blancs cuits à l’étuvée avec têtes de violon

 

  1. Gusano (gros vers blanc) en Équateur
  2. Cuy (cochon-dinde) au Pérou
  3. Tête de poulet (ou patte, organes divers…) dans la soupe au Pérou
  4. Boudin argentin avec poils et chunk non identifié
  5. Soupe aux patates déshydratées de la Bolivie

Bucketlist

Mario, ami d'Ade était notre pilote d'avion
Mario, ami d’Ade était notre pilote d’avion

 

  1. Faire un tour d’avion au-dessus Moab, dans le lit du Colorado,  « entre amis »… RIP Mario Richard
  2. Mettre les pieds à Ushuaia, la « fin du monde » et passer dans le canal de Beagle en bateau
  3. Traverser son auto du Panama à la Colombie… et conduire de Montréal jusqu’au Brésil
  4. Se rendre au Machu Picchu après 5 jours de marche en passant par Salkantay
  5. Prendre un Caipirinha au Copacabana Palace à Rio

Immersion

Chicken bus au Guatemala
Chicken bus au Guatemala

 

  1. Écouter la série télé de Pablo Escobar (100 épisodes) en espagnol décrivant la vie du célèbre narcotrafiquant Colombien.
  2. Manger le menu du jour en n’ayant aucune idée de ce que ça sera.
  3. Prendre les « chicken bus », petits combis et bus avec tous les locaux
  4. Acheter le journal local, le lire et jaser d’actualité avec nos rencontres
  5. Écouter les matchs de soccer au dépanneur du coin

Couchers de soleils

San Juan del Sur, Nicaragua
San Juan del Sur, Nicaragua

 

  1. Mazatlan, Mexique
  2. Minca, Colombie
  3. Valparaiso, Chili
  4. San Juan del Sur, Nicaragua
  5. Tamarindo, Costa Rica

Et une correction au top 5 précédent… La plage du Decameron au Panama

Plage de Farallon au Panama
Plage de Farallon au Panama

 

La haute et la chic de la Bolivie!

On visite Potosi, la ville la plus élevé au monde à plus de 4000 mètres d’altitude. C’est une ville minière au panorama spectaculaire sur la liste de l’Unesco. Les montagnes et les vallées environnantes passent du rouge à l’ocre, du vert au gris, du mauve au rose… bref, l’arc-en-ciel de couleurs est frappant! La ville est prospère, l’héritage des Jésuites est en bon état et on peut y déambuler de façon très sécuritaire.

En soirée, dans le confort de notre chambre légèrement chauffée, nous révisions notre itinéraire des prochaines semaines en direction de l’Argentine. On découvre que le Paraguay exige un visa pour traverser leur pays. Quoi?! Paraît-il qu’il y a un consulat à Sucre. Super, on passe justement par Sucre alors on pourra s’y faire apposer un beau visa dans notre passeport. Combien?! 150$ US… Tout ça pour une semaine ou deux! Grrr…On fonce vers Sucre dès le lendemain matin pour régler ça. On s’y pointe juste avant midi. Surprise, il n’y a plus d’autorité Paraguayenne à Sucre!!?? Grrrrrrrrrrrrr…

Sucre est la ville chic de Bolivie. On y retrouve tous les services nécessaires pour passer un bon moment! D’ailleurs, il s’y trouve plusieurs organismes d’aide international comme Oxfam-Québec. On peut fréquenter des bars et des restos « d’expats » qui sont chauffés!!!!! Bref, c’est la grande vie!! Ben réconfortant pour deux voyageurs qui approchent leur neuvième mois sur la route!! Comme la vie fait bien les choses, on rencontre alors Charles et Émilie, deux Québécois qui travaillent à titre de coopérant à Sucre. C’est Charles qui nous repère à notre entrée dans la ville. Il nous regarde omnibullé en voyant la plaque du Québec. On voit à travers ses yeux l’exploit de nos nombreuses frontières. Oui oui, on a roulé de Montréal!

La ville est superbe, les bâtiments du centre sont tous blancs, son centre est fleuri et garni de palmiers, il fait un peu plus chaud… Nos sympathiques amis québécois nous invitent chez eux pour un steak sur le charcoal, une portion de légumes (il faut comprendre qu’après des mois de régime aux patates, ça fait tellement de bien) et un bon vin Bolivien!!!

Avec le grillardin
Avec le grillardin

La décision est prise, on ne passe pas par le Paraguay mais plutôt par le nord de l’Argentine. Ça nous donnera l’opportunité de passer par la très prisée Tarija au sud de la Bolivie. Ça nous permet de découvrir le vignoble Bolivien. Tarija est une région désertique mis à part les vignes qui y sont cultivées. On a plus l’impression d’être en Argentine qu’en Bolivie. Là c’est vrai… on approche le sud de l’Amérique du sud avec notre Suzucamp.

Mon pays c’est l’altitude… bienvenidos en Bolivia

La police cherche son propina, nous sommes donc heureux de sortir du Pérou. Lors d’un de nos arrêt de contrôle, l’un d’eux va même jusqu’à prétendre qu’on a falsifié notre papier d’assurance et que nous ne sommes plus assurés. On s’obstine dur comme fer! Une fois reparti (sans amende ni pot-de-vin) nous amorcerons les enquêtes car il a réussi à mettre le doute dans nos têtes sur la validité de notre assurance. Après détour par le poste de police de Puno, on conclut que nous nous sommes fait avoir à l’achat. Le vendeur nous a remplis l’information sur un formulaire périmé et mis la moitié de la prime dans sa poche. Nous n’avons été assurés que le premier mois sur deux.

Notre assurance... de 2012 mais payée pour 2013
Notre assurance… de 2012 mais payée pour 2013
Sceau et signature pour confirmer que l'assurance est périmée!
Sceau et signature pour confirmer que l’assurance est périmée!

On n’ose plus conduire avec le bolide au Pérou car chaque arrêt policier se transforme en négociation. Nous nous obstinons à ne pas payer de pot de vin. On ose croire que la vertu a encore sa place.  Malheureusement, la conséquence, c’est que Ninon prendra le bus pour l’aéroport. Pas le service qu’on aurait aimé offrir à notre amie qui est venue nous voir au Pérou.

La Bolivie de Copacabana à Uyuni  en passant par La Paz c’est :

  • Être à bout de souffle en marchant
  • Vivre à une température constante : froide
  • Avoir constamment les mains et pieds gelés
  • Avoir la bouche sèche, les lèvres gercées et le nez brulé

La Bolivie à l’heure des repas c’est:

  • Être à bout de souffle en mangeant
  • Ne pas avoir faim
  • Adorer la soupe chaude
  • Toujours avoir soif
  • Ne pas avoir le goût d’une bière froide
  • Faire cuire c’est plus long… le riz est souvent « al dente »
  • Manger gras
  • Jus d’orange frais pressé sur le coin de la rue à 50 cennes

Les paysages de la Bolivie c’est:

  • Du ciel bleu
  • Des pics enneigés
  • Du soleil intense
  • Des paysages uniques
  • De la misère… Charles Aznavour avait raison. La misère est moins pénible au soleil mais surtout en basse altitude et au chaud.

 

Avec nos sympatiques vendeurs de fruitsloops boliviens
Avec nos sympatiques vendeurs de fruitsloops boliviens

Les hôtels de la Bolivie c’est:

  • Être à bout de souffle en dormant
  • N’avoir qu’un filet d’eau chaude à la douche
  • Se faire des bouillotes pour mettre sous les couvertes avant de dormir
  • Être habillé de la tête aux pieds
  • Ne pas avoir de chauffage à l’hôtel
  • Se coucher sous 6 couvertes de laines (!!!)… et avoir froid quand même
  • Dormir avec tuque, gants, bas…
  • Laisser couler le filet d’eau chaude de la douche 15 minutes pour créer un espace sauna
  • Étancher sa soif avec une tasse d’eau chaude
  • Utiliser nos sacs de couchage même à l’hôtel
  • Sortir de la chambre pour se rendre compte qu’il fait plus chaud à l’extérieur que dans l’hôtel
    La Paz!
    La Paz!

La Bolivie c’est aussi:

  • Se rendre à l’évidence qu’il est impossible de jogger
  • Marcher sur le trottoir du côté ensoleillé et idéalement à l’abri du vent
  • Partir longtemps à l’avance car on ne peut pas courir!!
  • Fermer les portes… l’expression « on chauffe le d’word » ne s’est pas rendue jusqu’ici. Ah c’est vrai, il n’y a pas de chauffage! Au moins sans courant d’air! Donnez-vous une chance!
  • L’équipe nationale de soccer Bolivienne gagne très souvent à La Paz (3700m) mais perd toujours à l’étranger…

    Laguna rosée
    Laguna rosée
Tout un spectacle vu du train
Tout un spectacle vu du train

A notre entrée en Bolivie, on cherche le gaz. On nous dit dans 5 km, puis on fait 5 km et on nous dit dans 5 km… on fait ça pendant près de 150 km jusqu’à une station d’essence. Une fois-là, ils nous annoncent qu’ils n’en n’ont plus. Grrgh!

« Et c’est où la prochaine station »

« 5 km »

20 km passent. L’armée nous arrête.

« C’est où la prochaine station »

« 5 km  dans la courbe ».

Maudite marde… on fait la file mais ils ne veulent pas nous en vendre! Le prix international est 2,5x le prix bolivien. On veut du gaz. On ne se rendra pas à La Paz sur les vapeurs. On va payer. Nous n’avions pas compris qu’ils se négociaient une vente sans facture. C’est une leçon qu’on aura apprise pour le reste de notre voyage en Bolivie. Pas de facture, le gaz coûte 7 bolivianos le litre (1,10$) mi-chemin entre 9,11 bolivianos, le prix international et 3,75 bolivianos prix local.

File à la station
File à la station

 

Notre passage à Copacabana est fascinant. Un peu à cause du lac et du charme de la ville mais surtout parce que nous avons droit à tout un show!  À bout de souffle, les pauvres gens grimpent au calvario. Au sommet, on y achète des miniatures pour les faire bénir par des sois disant représentants du « pouvoir occulte »! Ils font faire la bénédiction de voitures, camions, paquets d’argent Monopoly, maisonnettes et poupées.

Le dimanche, c’est en face de l’église que ça se passe… cette fois-ci, ce ne sont pas des miniatures mais bien les vraies voitures.  Elles sont décorées de fleurs, guirlandes, choux. Après la bénédiction du père avec de l’eau bénite dans tous les racoins de la voiture (et la remise d’un 10 bolivianos par le propriétaire), on lance des grains de riz, on brasse le champagne, on en verse sur l’auto et on fait exploser les pétards! Un peu plus et le Suzucamp y passait.

Le Salar d’Uyuni est notre deuxième fascination Bolivienne. On dirait un grand lac gelé. C’est l’impression que cette immense étendue de sel blanc nous donne. On a froid, ça ne fait qu’améliorer l’effet!

On se paye un grand luxe…une nuit dans un très bel hôtel de sel. Les murs sont en brique de sel! Les joints aussi! Ah, et le mobilier! Chaise, tables, lit… on y fait la rencontre de sympathiques voyageurs qui sont surpris de nous voir boire de la bière à cette altitude. Ils nous jasent ça entre deux respirations à même la bombonne d’oxygène dans le lobby. Bien que l’altitude nous fasse souffrir, notre mois passé en altitude nous a clairement permis de s’acclimater!!

Salar de Uyuni
Salar de Uyuni
Petite bière en altitude confortablement installé sur un fauteuil en sel
Petite bière en altitude confortablement installé sur un fauteuil en sel