Bem vindo ao Brasil… à l’heure des graves décisions

Après deux belles nuits passées en bus à partir de Sao Paulo, on récupère notre voiture dans le nord de l’Argentine. On met la clé dedans et elle redémarre comme au premier jour!!!

On reprend aussitôt la route en direction nord vers le Brésil. On s’arrête dans un camping à San Ignacio en Argentine. Les Jésuites y sont d’ailleurs passés bien avant nous comme en témoigne les ruines dans cette région…

Au camping, on trouve une belle piscine, des douches à l’eau chaude, une plage sur la rivière Parana qui sépare l’Argentine du Paraguay. On s’y installe pour quelques jours histoire de reprendre vraiment possession de notre chez nous! On en profite pour nettoyer le bolide…

Retour en Argentine et Campign à San Ignacio
Retour en Argentine et Campign à San Ignacio

On doit aussi prendre des décisions sur l’itinéraire qu’on suivra, et ça, ce n’est pas facile!! La première étape du plan c’est de se rendre dans le Brésil profond, soit le Pantanal pour y voir des oiseaux, des piscines naturelles et des caïmans.

Ensuite, on doit choisir…

  • Remonter vers le nord par le centre du Brésil et atteindre Manaus en Amazonie pour éventuellement entrer au Vénézuela et en Colombie… On a trouvé un transport « économique » pour apporter l’auto de Catagène à Baltimore (oui, oui, aux States) OU on peut le traverser à nouveau au Panama.Tout dépend de notre envie de conduire à nouveau en Amérique Centrale et au Mexique.
  • Prendre vers l’est pour atteindre Brasilia, la capitale et ensuite foncer sur la côte à Salvador de Bahia. De là, on peut remonter sur la côte, de plage en plage vers Belem. On pourra alors mettre le bolide sur une barge pour remonter le fleuve Amazone et atteindre Manaus…

Le Brésil, c’est très grand! Merci de sympathiser avec nous. Ne pas savoir ce qu’on va faire comme circuit durant les prochaines semaines… Quel circuit feriez-vous?

Parilla Québécoise
Parilla Québécoise, on avait apporté une réserve de plaques en cas de besoin.

Une famille d’Hollandais s’installe à côté de nous. Ils débutent leur voyage dans leur ‘campeur’. Ils se lancent à l’assaut d’Ushuaia…le bout du monde! Ils sont accompagnés de leurs deux enfants à qui ils font l’école. Ils font la preuve que ce n’est pas parce qu’on a des enfants qu’on ne peut pas voyager.  En leur compagnie (les parents là, pas les enfants!), on fait une dégustation de plusieurs alcools… Le pisco du Pérou, l’aguardiante de l’Équateur, le rhum Cubain et du Licor 43 d’Espagne.  La discussion est facile et agréable. Voici le site des 4 amigos

L’entrée au Brésil est très simple. On montre notre visa et il vous laisse entrer. Même pas besoin d’importer temporairement notre bolide. C’est la nouvelle loi depuis le mois de mai.  C’est une grande et excellente nouvelle pour nous. On peut donc vendre notre SuzuCamp ou même le laisser sur le bord de la route et sortir du pays car les autorités n’ont aucune trace de notre véhicule!! Ce qui n’est pas le cas avec tous les autres pays DOUZE pays que nous avons traversés depuis notre départ. Ces importations temporaires nous obligent à ressortir la voiture du pays ou à payer des taxes astronomiques (80% à 100% de la valeur de l’auto) si on désire la vendre en plus d’avoir à gérer la paperasse.

Nous ne savons pas ce qui doit être fait si la voiture devient irréparable ou volée. Il faut certainement en débattre avec les autorités. Sachant que nous sommes des gringos, et qui dit gringos, dit riche, nous avons bien peur de cette solution.

Les grands toucans étaient nombreux à venir manger dans l'arbre près de notre tente
Les grands toucans étaient nombreux à venir manger dans l’arbre près de notre tente

Bonito près du Pantanal

  • Camping vraiment abordable qui comprend tous les services. En plus, on a droit à des températures agréables, soit 35 degrés le jour et 20 la nuit!!
  • Bière à 90 cennes et  filet mignon à 9$/kg
  • Toucans, aras et autres oiseaux en liberté qui vivent dans les arbres près de nous
  • Rivière turquoise qui nous sert de piscine
  • Petite ville charmante avec une rue principale animée

    Perruche, Pic bois, Ara, Toucan...
    Perruche, Pic bois, Ara, Toucan…tous pris en photo à moins de 5 mètres de notre tente!

À notre camping, on a même la chance de parler en français car il y a trois couples de Français et deux couples de Flamands/Belges. Eux se baladent en Range Rover version ‘Campeur de brousse’. Ils sont vraiment full-equiped!! Impressionant!  Au bout de quelques jours, 2 couples de Suisses viennent remplacer les français. Ils voyagent deplus plus de 3 ans!  Ils sont tous des voyageurs aguerris avec qui il est agréable de discuter.

Le site d’Anne et Olivier

Le site de Jacques et Cathy

Le site de Christa et Johann

Le site de Melanie et Werner

Le camping Rio Formoso à Bonito
Le camping Rio Formoso à Bonito

En terminant, voici quelques-uns de nos « meilleurs » récapitulatifs…

À visiter en famille

  • Isla de la plata, Équateur. On la surnomme les Galápagos des pauvres. On peut y voir, entre autre, les fous à pattes bleues.
  • Morelia, Mexique pour y voir les papillons monarque qui ont migré du Canada.
  • Punta Arenas au Chili pour voir les pingouins de Magellan
  • Puracé en Colombie pour voir l’écosystème páramo et ses vaches laitières
  • Jaco au Costa-Rica pour les plaisirs de la plage, du surf et des couchers de soleil!

    Isla de la Plata, Équateur
    Isla de la Plata, Équateur

 

Vie des gens riches et célèbres

  • Visiter Buenos Aires avec des $US comptant dans les poches
  • Faire une croisière autour de l’Amérique du Sud en ayant magasiné sur vacationtogo.com
  • Voler en Première classe sur LAN en ayant magasiné sur Priceline
  • Dormir au Casa Andina à Lima gagné sur Sky Auction
  • Aller passer 24h à Foz d’Iguazu en partant de Buenos Aires en avion, un petit tour au-dessus des chutes, un taxi à notre entière disposition et la visite des chutes du côté Argentin puis Brésilien…an et prendre l’avion à la fin de la journée pour se rendre à Rio.

    Notre vol vers Santiago en première classe. LIT INCLUS!
    Notre vol vers Santiago en première classe. LIT INCLUS!

Aventure

  • Escalade et randonnée à Moab au Utah
  • Trek vers la Ciudad Perdida en Colombie
  • Rafting à Tena en Équateur et balade dans l’Amazonie
  • Ascension du volcan Purace en Colombie
  • Cuire des guimauves sur les cendres du volcan Pacaya à Antigua au Guatemala

    Terrain de jeu à ciel ouvert... Moab, Utah
    Terrain de jeu à ciel ouvert… Moab, Utah

Romantique

  • Montevideo en Uruguay et sa fontaine de l’amour où l’on peut y cadenasser notre amour!
  • Memphis aux USA et se balader à Graceland en écoutant Elvis Presley!
  • Salento en Colombie et déguster un café frais moulu par leur ambassadeur Juan Valdez!
  • Ushuaia en Argentine… petite ville du bout du monde! Genre St-Sauveur ou Knowlton!
  • Tigre en Argentine, près de Buenos Aires où l’on vogue dans le delta du rio de la Plata!

    Fontaine de Montévidéo
    Fontaine de Montévidéo

Bouffe

  • Chicha morada du Pérou, breuvage de maïs mauve!
  • Fruits frais… surtout des mangues de le long de la Panamericaine
  • Yuca avec sauce à l’ail et poulet à David au Panama
  • Parilla de steak partout en Argentine
  • Platano (banane)… surtout en Colombie mais l’essentiel, c’est que ça soit frit et bien salé!

    L'Amérique du sud en mangeant!!
    L’Amérique du sud en mangeant!!

 

Bikini mini

Rio et le Brésil sont réputés pour leurs plages et…on doit l’avouer, les fesses à l’air! Les filles vont à la plage en bikini…brésilien. La particularité c’est la culotte. Oui, ça peut-être du « fil dentaire ». Ils appellent vraiment ça comme ça. Ce qui est plus joli ce sont ceux avec un peu plus de tissu…mais moins que les nôtres. Bon. Il faut comprendre que TOUTES ont le droit de porter ces maillots. Pas de discrimination et pas de complexe non plus. En tout cas, moi j’en ai plus. Grosses, petites, plates, molles, bombées, blanches, rouges ou bronzées, il y en a pour tous les goûts. Ceci dit, notre préférence s’est arrêtée sur les joueuses de volleyball. Voir autant de fesses surprend au début mais on finit par s’habituer. Surement comme les chevilles à une certaine époque!

Bikinis de volleyball
Bikinis de volleyball

On nous disait que les brésiliens sont fans de chirurgie esthétique. On peut surtout confirmer, à notre grand étonnement et bonheur, qu’ils sont adeptes de la forme physique. Peut-être que c’est dans un but d’apparence plus que de santé mais c’est une situation où la fin justifie les moyens. Les filles aiment les leggins colorés et multicolores. Les gars aiment se promener en « chest ». Tous aiment les souliers de course qui flashent…style Noosa ou Kayano. Ça se vend près de 400$ ici!!! Et dire qu’on se plaint du prix chez nous.

Nous en profitons pour vous partager notre article concernant le voyage et la forme, deuxième collaboration avec le site moimessouliers.org. Cette fois-ci, nous parlons justement des stations d’exercice en plein air très populaires à Rio.

Nous passons quelques jours de plus à Rio. Nous demeurons dans la Favela Cantagalo. Coincé entre Copacabana et Ipanema! Une fois notre peur surmontée, on apprécie le quartier. C’est la vraie vie. C’est ce qu’on aime voir quand on voyage. On mentirait de vous dire qu’on dort bien. Le bruit est assez impressionnant. C’est ça vivre collé sur son voisin sans trop de règles. La vue de la terrasse le matin nous fait oublier le chaos de la nuit précédente.

Les favelas sont construites par leurs habitants sans trop de restrictions.
Les favelas sont construites par leurs habitants sans trop de restrictions.

Notre route de retour vers la voiture passe par Sao Paulo. MEGAPOLE!! Ouf, la ville est un vrai labyrinthe. Par chance, elle est équipée d’un métro en mesure de servir une population de plus de 19 millions de personnes!! Certains charmes de la ville incluent sa population asiatique et le shopping à la « canal street de New York ». On dit que la ville a plus de 14 500 restos. Avec un coût de la vie qui ressemble aussi à NY, les voyageurs à long terme comme nous doivent malheureusement s’abstenir.

Sao Paulo...et les importations chinoises!
Sao Paulo…et les importations chinoises!

Après 10 mois de voyage, voici quelques-uns de nos « tops ». Dites-nous les sujets de tops qui vous intéresseraient pour notre prochaine édition?

Sites archéologiques

Copan, Honduras
Copan, Honduras

 

  1. Copan, Honduras
  2. Ciudad Perdida, Colombie
  3. Teotihuacan, Mexique
  4. San Agustine, Colombie
  5. Le Pérou!! Avec la vallée sacrée, le Machu Picchu, Caral, Chan Chan…

Bouffe dégeux

Les vers blancs cuits à l'étuvée avec têtes de violon
Les vers blancs cuits à l’étuvée avec têtes de violon

 

  1. Gusano (gros vers blanc) en Équateur
  2. Cuy (cochon-dinde) au Pérou
  3. Tête de poulet (ou patte, organes divers…) dans la soupe au Pérou
  4. Boudin argentin avec poils et chunk non identifié
  5. Soupe aux patates déshydratées de la Bolivie

Bucketlist

Mario, ami d'Ade était notre pilote d'avion
Mario, ami d’Ade était notre pilote d’avion

 

  1. Faire un tour d’avion au-dessus Moab, dans le lit du Colorado,  « entre amis »… RIP Mario Richard
  2. Mettre les pieds à Ushuaia, la « fin du monde » et passer dans le canal de Beagle en bateau
  3. Traverser son auto du Panama à la Colombie… et conduire de Montréal jusqu’au Brésil
  4. Se rendre au Machu Picchu après 5 jours de marche en passant par Salkantay
  5. Prendre un Caipirinha au Copacabana Palace à Rio

Immersion

Chicken bus au Guatemala
Chicken bus au Guatemala

 

  1. Écouter la série télé de Pablo Escobar (100 épisodes) en espagnol décrivant la vie du célèbre narcotrafiquant Colombien.
  2. Manger le menu du jour en n’ayant aucune idée de ce que ça sera.
  3. Prendre les « chicken bus », petits combis et bus avec tous les locaux
  4. Acheter le journal local, le lire et jaser d’actualité avec nos rencontres
  5. Écouter les matchs de soccer au dépanneur du coin

Couchers de soleils

San Juan del Sur, Nicaragua
San Juan del Sur, Nicaragua

 

  1. Mazatlan, Mexique
  2. Minca, Colombie
  3. Valparaiso, Chili
  4. San Juan del Sur, Nicaragua
  5. Tamarindo, Costa Rica

Et une correction au top 5 précédent… La plage du Decameron au Panama

Plage de Farallon au Panama
Plage de Farallon au Panama

 

Depuis notre départ…

On a quitté Montréal le 3 novembre 2013,

Ça fera bientôt huit mois que nous sommes sur la route,

On a roulé plus de 23 000km avec notre bolide,

On a douze nouvelles estampes de pays dans notre passeport,

Visser les pentures
Fabrication du Suzucamp

 

Surprise

Il est possible de voyager sans se faire voler,

C’est en Colombie que l’on retrouve les forces de l’ordre les plus aimables!!

On a eu la chance (et aura) de voir de la famille et des amis régulièrement,

Delicate Arch
Adeline à Delicate Arch

 

Pierre et Claire au Double Arch
Pierre et Claire au Double Arch

 

La grande vie!
La grande vie!

 

Gratte-ciels de Panama city
Gratte-ciels de Panama city

 

On a eu la chance de faire une croisière,

On a même contourné la pointe sud de l’Amérique,

Au moins il y en avait un qui faisait la vedette
Au moins il y en avait un qui faisait la vedette

Il est possible d’écouter la radio de Montréal (et le hockey) à partir de n’importe où,

 

Bouffe

Le café Colombien est vraiment exceptionnel,

Le blé d’inde est utilisé partout, partout, partout,

La patate est aussi utilisée tout partout,

Une soupe vient toujours avec une pièce de l’animal qui a servi de base,

Les œufs ne sont jamais au frigo,

Le poulet, sous toutes ses formes, est disponible partout, partout, partout,

Les jus de fruits sur la rue sont toujours très bons,

Les kiosques de nourriture de rue rendent plus heureux que malade,

Papas...un peu gras mais tellement bon!
Papas…un peu gras mais tellement bon!

 

Un épi de maïs mauve est toujours surprenant à voir,

La bière est universelle,

Mc Do offre le café et la crème glacée les plus abordables,

La canne à sucre occupe encore une grande part de l’agriculture et le l’alimentation,

 

La route

La Chevette et La VW Beetle roulent encore sur les routes,

Il faut payer son passage sur toutes les autoroutes,

C’est au Mexique que le voyage en auto coûte le plus cher,

Et en Équateur que ça coûte le moins cher,

Une copie couleur de votre passeport fait le travail dans beaucoup de situations,

Les mécaniciens automobiles sont aussi fiables que les nôtres,

Una nueva rotula en Loja, Ecuador!
Una nueva rotula en Loja, Ecuador!

 

 

Argent

La devise américaine est encore et toujours très utile à avoir en sa possession,

Les billets costariciens ornés d’animaux sont les plus beaux,

On trouve toujours un guichet automatique pour renflouer nos poches,

 

Les fameux pesos argentins
Les fameux pesos argentins

 

Culture

Le soccer est sans contredit le sport le plus populaire,

Lionel Messi est la figure sportive la plus utilisée dans le monde médiatique,

Le piéton n’a jamais priorité sur la rue,

Les gaines de corps sont encore très populaires,

Un bébé est très confortable attaché dans le dos de sa mère à l’aide d’une pièce de tissu,

Les femmes sont en ville... pour aller au guichet
Les femmes sont en ville… pour aller au guichet

 

Beaucoup de femmes travaillent au champ avec un bébé sur le dos,

Les chapeaux servent uniquement à se protéger du soleil et non d’artifice mode,

La langue espagnole est facile à comprendre,

Les sous-titres en espagnol sont très utiles pour apprendre la langue,

Muchas gracias ouvre facilement une foule de portes,

La corruption existe dans tous les pays,

 

Question existentielle

Doit-on encourager les enfants qui vendent un cirage de chaussures sur la rue?

 

Trucs du voyageur

Un kit à café soluble est fort réconfortant au lever,

L’internet est un outil incroyablement utile et Mc Do offre souvent une bonne connexion Wi-Fi,

Ne partez pas sans une corde à linge dans votre valise,

Notre Suzucamp "dans la chambre"
Notre Suzucamp « dans la chambre »

 

Un bâton de marche est très efficace pour éloigner les malfaiteurs,

 

Aussi

Les cordonniers sont pour la plupart très fiables,

Les réparateurs de montres aussi,

Et les exemples de débrouillardise du peuple sont quotidiens.

Sacs à dos ingénieux
Sacs à dos ingénieux

 

 

Hasta luego!

Un drapeau canadien à l’horizon…

C’est à regret que nous avons quitté la plage de Puerto Lopez. On était bien, sur la côte Pacifique de l’Équateur. On a pu manger du poisson au quotidien et prendre des apéros en bord de mer!! La température plus chaude nous a permis de relaxer et surtout de prendre le dessus sur nos rhumes!

On a donc repris la route des montagnes en direction de Cuenca. Chemin faisant, on est allé se perdre à Guayaquil pendant près d’une heure… Malheureusement, notre GPS est plus près de la boussole qu’autre chose… Il montre une route mais le bolide est constamment à côté de celle-ci?? Essai, erreur, essai, erreur… On a finalement trouvé la bretelle du pont!! Yahoo!

Une heure avant de se pointer à Cuenca, on a eu la chance de traverser le parc national Cajas. Une superbe balade dans le paramo! En effet, cet écosystème qui fournit l’eau à la vallée de Cuenca, nous a permis de voir une foule de lagunes au détour des nombreuses courbes de la route!

 

Cuenca est une ville qui a gardé son charme colonial malgré la forte présence occidentale. Beaucoup d’américains s’y sont installés pour leur retraite profitant d’un climat printanier à l’année. Les rues sont encore faites de pavés et on peut y admirer plusieurs églises. Le rio Tomebamba provenant des montagnes coule en son centre et permet une jolie promenade sur sa rive. On peut y découvrir des vestiges Incas. On y a acheté notre fameux Panama Hat! Et on a même pris la chance de goûter au cuy!


Le cuy est une délicatesse que les Équatoriens s’offrent occasionnellement. On l’enfile sur un bâton et on l’enduit d’un beurre d’achiote pour le cuire sur charbon de bois… Mais qu’est-ce que du cuy? C’est du cochon d’Inde!!!! Le goût est doux mais l’image qui nous reste en tête est difficile à oublier… Bref, vive les ailes de poulet!

En compagnie de la présidente d'Homero Ortega
En compagnie de la présidente d’Homero Ortega

  Anecdote : Le chapeau ‘Panama’ est originaire de Cuenca en Équateur et non du Panama. C’est ce chapeau reconnu pour sa légèreté et son confort qui fut fourni à tous les travailleurs du canal de Panama au début du siècle dernier. C’est ainsi qu’il se procura un ‘nom’ et la popularité dont il jouit encore aujourd’hui! Les chapeaux Homero Ortega

Trois nuits plus tard, on a repris la route vers le sud en direction de Vilcabamba. Située dans la vallée de la longévité, une foule de retraités de pays développés occidentaux s’y sont établis. Malheureusement, le centre du village n’est maintenant occupé que par des cafés et des restaurants accessibles seulement aux touristes fortunés. Les locaux ne peuvent pas s’offrir les plats qui y sont servis. Solidarité obligeant, on a donc fréquenté seulement les restos Équatoriens!!

Un gros garage : En chemin, on a dû s’arrêter pour remplacer une des rotulas Costaricienne par un modèle Équatorien! On avait pourtant changé les deux le 1er janvier 2013 à Tamarindo au Costa Rica. Sachant que Vilcabamba est reconnu comme un village qui abrite plusieurs centenaires, nous espérons que ça aura un effet sur notre SuzuCamp!! Facture 20$!

Après cette dose de longévité, on fonce vers le Pérou!! On a dû littéralement s’extirper pendant près de cinq heures des montagnes Équatoriennes avant de voir notre premier drapeau Canadien ou plutôt Péruvien!! 200km de courbes ininterrompus !

Le Drapeau Péruvien ressemble étrangement au drapeau Canadien. Il ne manque que la feuille d’érable!! Nous fûmes confondus en traversant le pont international qui relie l’Équateur et le Pérou à la vue de ce drapeau rouge et blanc… Le drapeau Péruvien

Ce passage de douanes fut le plus facile depuis notre départ du Québec. Est-ce l’expérience ou la bonté des douaniers de ces deux pays… bref, dès notre départ des douanes péruviennes, on a pu constater que  le niveau de vie du Pérou est vraiment inférieur à celui de l’Équateur.

Le pétrole Équatorien y est pour beaucoup. On a retrouvé, non sans déception, le litre d’essence à 3.70 Soles ou 1.40$… Les voitures sur la route sont majoritairement âgées de plus de quinze ans. On croise sur la chaussé des ânes, des chèvres, des poules, des chiens et des bus …

Toutefois, on est sorti des montagnes!! On est entré dans le désert de la côte Péruvienne, c’est plat et on avance maintenant à une moyenne de 80km/h au lieu des 50km/h des six derniers mois… Le pilote et le co-pilote apprécient cette pause de courbes incessantes!! En plus, il fait soleil au Pérou!!!! À nous les Moche, Chimu, Incas…

De l’Amazonie au Pacifique par la Cordilière des Andes

C’est samedi matin,  on a mal dormi,  il pleut, l’ordi est chez le réparateur sans solution, il n’y pas d’eau chaude à l’hôtel… bref, ça va mal. On prend la route vers 13h et au détour d’une courbe, radar policier. On roule à 71km/h dans une zone de 60km/h. On nous demande 95$??? On nous explique que la limite est de 100km/h en ligne droite mais de 60km/h en courbe. On trouve ça très cher…et spécial comme règle.  Je commence à m’énerver et ma blonde se met à pleurer… Le policier nous laisser repartir sans payer!! Merci Marie-Anne!! Hi!Hi!

On retrouve les montagnes, superbes paysages de falaises, cascades, canyons sur notre route vers Banos de Agua Santa. Les gens passent par cette ville pour trois raisons; La Vierge qui fait des miracles, les eaux thermales et le rafting, canyoning… les sports extrêmes. Ça amuse les grands comme les enfants!!

Top Banos de Agua Santa:

  • Traitement au bano de cajon! Caisson de bois rempli de vapeur et de feuilles d’eucalyptus dans lequel on s’enferme (seule la tête est sortie) pour 10 minutes suivi d’un rinçage choc à l’eau froide. On répète quatre fois et on est Top Notch!
  • TV cablée avec de bons films comme… The Italian Job et The Accused!!
  • Vue sur la Virgen de Agua Santa
  • Eaux thermales: il existe deux piscines publiques où les gens ont l’air de vraies sardines dans les bassins thermaux… non merci!
  • Sports extrêmes: Zip-line d’environ un kilomètre au-dessus d’un canyon archi-profond… on a aussi décidé de passer notre tour, ce n’est pas drôle de vieillir! Mais on a quand même donné au rafting: Cliquez ici pour voir notre vidéo de Rafting en Equateur
    Pour les braves!
    Pour les braves!
    Soupe à Banos de Agua Santa
    Soupe à Banos de Agua Santa

    Le domicile de la Virgen de Banos d'Agua Santa
    Le domicile de la Virgen de Banos d’Agua Santa

On continue notre route en montagne pour se rendre à la Laguna de Quilotoa. Lac qui sied au fond d’un cratère de volcan. L’eau est bleue azur… par temps ensoleillé! Malheureusement, ce sont les nuages et le froid qui nous attendent. On est à 4000 mètres d’altitude alors on sort les gants et les tuques.

Un peu seuls!
Un peu seuls!

On travaille très fort pour se faire un feu dans notre petit foyer de chambre. La rareté de l’oxygène n’aide pas… même les allumettes en arrachent?? Ça prend de la tire et du souffle sinon le feu ne ‘poigne pas’. On se dit que les autres touristes moins motivés et moins pyromanes que nous vont dormir au froid. Mais non… ce sont les Quitchuas qui leur partent un feu… avec rien de moins extrême que de l’essence (pas cher en Équateur). Ça sent un peu mais le feu se part en 5 minutes! Voir notre vidéo: Un feu en altitude

À maison les tout-petits!
À maison les tout-petits!
L'agriculture à 4000 mètres d'altitude
L’agriculture à 4000 mètres d’altitude

Top Quilotoa :

  • Respirer l’air pur et frais sans poussière ni pollution!
  • S’endormir au son du feu qui crépite!
  • Admirer la beauté de la lagune dont l’eau est si limpide.
  • Être accueillis par les Quitchuas tout en sourires (surtout quand ils ont quelque chose à nous vendre…)
  • Voir les moutons, les lamas, les vaches qui broutent à 4000m d’altitude!!
  • Rencontrer une quantité surprenante de touristes passant par ce site éloigné… On était plus d’une douzaine au souper de notre auberge!!
Au détour d'une courbe...
Au détour d’une courbe…

 

Il fonctionne toujours comme une Timex!!
Il fonctionne toujours comme une Timex!!

 

Solnours à la Lagune de Quilotoa
Solnours à la Lagune de Quilotoa

 

À la recherche d’un peu de chaleur, dès le lendemain matin, on repart en direction de la côte Pacifique. On quitte les hauteurs du centre du pays pour le niveau de la mer avec grand plaisir! Les paysages de montagnes sont vraiment à couper le souffle mais nos rhumes nous poussent à se rendre en bord de mer. On se pointe finalement à Pedernales. C’est un village de pêcheurs où les touristes étrangers ne vont pas. D’ailleurs on se rend compte rapidement que nous sommes des étrangers de par le regard des gens. Les Équatoriens, eux, y vont à Pedernales à en voir le nombre d’hôtels dans la ville.

Rendez-vous sur le fil à 20h
Rendez-vous sur le fil à 20h
Shortcut de taxis à Pedernales
Shortcut de taxis à Pedernales

Il y a même une Chifa Chino dans ce village. On a décidé d’essayer ce resto chinois pour faire fantaisie!! Le serveur, un chinois qui habite le pays depuis seulement quatre ans, a changé de nom pour le suivant; Colon comme Christophe!! Il nous a adoptés rapidement car il essaie d’apprendre l’anglais et éprouve beaucoup de difficulté avec la prononciation. Évidemment, il est incapable de prononcer les ‘r’ qu’il remplace invariablement par des ‘l’. Par exemple; on dit fried rice et non flied lice!! On a bien rit! Son espagnol est aussi difficile à comprendre pour la même raison…

Notre Chifa...Colon
Notre Chifa…Colon

On poursuit ensuite sur la côte jusqu’à Puerto Lopez. On y trouve un lot de touristes car on peut faire une excursion à l’Isla de la Plata. On surnomme cet endroit le Galapagos des pauvres. En effet pour 25$ on peut visiter l’île et voir des oiseux plutôt uniques (fous à pattes bleues, frégates…) et des créatures marines de plusieurs sortes. Bref, on y est allé et pendant une petite saucette on a même rencontré une raie manta qui nous a fait peur!! Voici la vidéo Surprise! C’est une raie!

Les frégates mâles font les beaux
Les frégates mâles font les beaux
Le "blue footed booby" ou fou à pattes bleues
Le « blue footed booby » ou fou à pattes bleues
Y'avait pu d'pattes noires en stock!
Y’avait pu d’pattes noires en stock!

On a aussi droit à une belle journée de soleil pour profiter de la plage protégée de Los Frailes. Accès gratuit mais sans alcool, ni cigarettes, on y vend des friandises et de l’eau. Pas de poubelles, des gardes nous surveillent pour qu’on reparte avec nos déchets… C’est vraiment très propre. C’est également un très grand contraste avec la plage de Puerto Lopez qui est jonchée de déchets. On s’est retenus pour ne pas appeler le maire de la ville.

Notre installation contre le soleil à la plage de Los Frailles
Notre installation contre le soleil à la plage de Los Frailles
Repos mérité des grippés à la plage de Los Frailes
Repos mérité des grippés à la plage de Los Frailes

Les vagues du Pacifique sont très puissantes. Seuls les jeunes adultes s’aventurent dans l’eau pour se faire littéralement renverser et en perdre leur maillot de bain. Nous avons testé!!

Mitad del mundo!!

En expliquant au douanier colombien comme ce fut plaisant de visiter son pays, il nous invite à sortir de la Colombie et revenir aussitôt pour obtenir un nouveau visa de 90 jours… Aussi simple que ça!

Un professeur d’anglais présent aux douanes avec son groupe nous demande gentiment de faire la conversation pendant une dizaine de minutes avec ses élèves colombiens. On en profite pour pratiquer notre espagnol et eux l’anglais!! On nous offre un poste d’enseignant. Tout nous invite à demeurer en Colombie!

On est tout de même entré en Équateur, en attendant notre tour bien sûr… Toutefois, on nous a laissé repartir sans assurance-auto car le bureau ferme à 13h le vendredi. Quinze minutes plus tard, on achetait un mois d’assurance pour la somme de 6$ à Tulcan!

Vallée d'Otavalo
Vallée d’Otavalo

Nos premières impressions de l’Équateur:

  • Le prix de l’essence ridiculement bas… 1,40$ le gallon et non le litre comme chez nous!! 35 cennes le litre!!
  • Le prix des péages autoroutiers… 1$. Facile à gérer, chiffre rond! Les routes sont superbes. Le Président Correa a mis le pays au travail.
  • Le prix de l’assurance-auto : 6$ pour un mois
  • Douanes très simples… les plus simples depuis notre passage du Canada aux USA. Tout de même une bonne heure d’attente.
  • Fréquemment, de jeunes garçons marchent bras dessus, bras dessous!
  • Paysage de montagne à couper le souffle avec parcelles de terres cultivées de tous les dégradés de verts qui forment un patchwork naturel fascinant!

Une couple d’heures de route plus tard, on fait notre entrée à Otavalo,  ville réputée pour son marché du samedi animé par les Quechuas. On a d’ailleurs eu la chance de souper en compagnie d’un couple de Quechuas et leur fille. Ces indigènes sont allumés et très ‘business’! C’est vraiment agréable de voir ce peuple s’émanciper et occuper l’espace publique d’une ville entière. 75% de la population d’Otavalo sont des Quechuas.

Notre premier arrêt, Otavalo:

  • Ville contrôlée par les Quechuas, ils sont commerçants… ils importent de la Bolivie pour revendre en Équateur! Rumeur : Il y a compétition dans la ville à savoir qui a le plus gros pick-up!!
  • Lieu du plus grand marché d’artisanat d’Amérique du sud… Les femmes portent la jupe longue, le chemisier blanc et les cheveux tressés… les hommes sont en blanc avec un chapeau noir et les cheveux tressés!
  • Ils maîtrisent parfaitement le bouillon de poulet… succulent, surtout quand il fait 10 degrés.
  • Se balader à la Laguna de Mojanda située à plus de 3000m d’altitude dans le paramo!
  • Visite du superbe site de la Cascada de Peguche aménagé par les Quechuas!
  • Beau camping à deux pas de la ville avec une bonne connexion internet et une douche chaude!!
  • Réparation du plancher de l’auto qui montre un trou par lequel l’eau entre abondamment, retouche aux bas de portes qui montrent aussi des signes de faiblesses et on attache les ailes avant avec des tie  wraps!!!! Ah oui, le muffler gronde aussi…

🙁   LA PLUIE! Il mouille quotidiennement… ça donne du temps pour préparer des blogues.

Randonnée humide à la lagune de Mojanda
Randonnée humide à la lagune de Mojanda

Après quelques jours de répit suite à notre course contre la montre pour sortir de la Colombie avant l’expiration du visa de notre bolide, on fonce vers Quito! En chemin, on s’arrête bien sûr au monument qui indique la Mitad del Mundo! Oui, oui, on traverse la ligne équatoriale pour commencer à rouler dans l’hémisphère sud!!!

 

Le Suzucamp a la mitad del mundo
Le Suzucamp a la mitad del mundo

Top Quito:

  • Musée Guayasamín, peintre Quechua lancé par un des Rockefeller, gauchiste ami de Castro et Chavez dont l’œuvre est colossale… à ne pas manquer!! Remarquez les similitudes avec les toiles de paysages d’Ade… Site web Adeline Guay
  • Héritage colonial de la vieille ville préservé de très belle façon! Plusieurs églises dont une à l’intérieur recouvert de feuilles d’or!!
  • Casa Quebecua!! Resto qui sert de la poutine!! Arrêt obligé… Merci Zac! Casa Quebecua
  • Palais présidentiel accessible! Visite guidée gratuite du siège du gouvernement!!
  • Facilité pour les étrangers… épiceries de riches, restos, bars, quartier « chic », franchement un expat se sent rapidement à l’aise à Quito!
  • Panorama de montagnes vraiment beau à 2800m!

🙁  Température un peu fraîche à  notre goût et encore un peu de pluie. Ah! L’altitude.

L’appel de la chaleur nous pousse vers l’Oriente. On se lance à l’assaut des basses terres de l’est. On s’arrête à Tena, porte d’entrée de l’Amazonie. Ahhhhhhhhh! Toutefois, le volcan Cotopaxi dont le sommet est enneigé alimente la rivière Napo en eau très froide. Le Napo coule à Tena! Il se jette éventuellement dans le fleuve Amazone au Brésil qui lui se déverse dans l’Atlantique!!! 

Tena et l’Amazonie:

Grand luxe de 4 jours organisés : le Club Med en Amazonie…

J1 : marche d’interprétation : dégustation de fourmis au goût de citron, tatouage rouge à l’achiotte, fourmis géantes, arbre téléphone de la jungle, sang de dragon (sève d’arbre servant à cicatriser une plaie), cacao, beso de la selva (fleur : baiser de la jungle, canne à sucre, bois camphré, trek par un canyon dans un pied d’eau avec murciélagos (chauve-souris)!!

J2 : descente de rivière en chambre à air (sans piranhas, ni caïmans), visite d’un village-commune Quechua et lunch typique sur feu de bois avec gusano (vers bien vivant) en entrée, papillote de poissons en feuilles de bananiers et on arrose le retour avec l’Aguardiente (eau de vie)!!

J3 : Balade en lancha sur le Napo (affluent du fleuve Amazone), on passe des rapides peu profonds et le capitaine doit relever le pied du bateau à plusieurs reprises pour éviter un bris mécanique! Visite d’un musée où l’on peut voir des pièges à oiseaux, poissons, coati, rats… et pratique du tir à la sarbacane… visite d’un zoo qui accueille des ocelots, singes capucins et des perroquets blessés ou saisis avant d’être vendu à des collectionneurs nord-américains ou européens. Arrêt à Misahualli où des monos (singes) sont en liberté sur la place centrale du village.

Anecdote : Un singe vole une paire de lunettes fumées à un touriste et les fracasse à l’aide d’une pierre!? Spectacle plutôt surprenant mais tellement drôle!!!

Ce même soir, une tarentule se balade autour de notre table pendant le dessert! Son bébé est perché sur une colonne qui supporte le toit!

J4 : Rafting sur le Napo. L’eau est très froide car elle provient du sommet enneigé du Cotopaxi! On se fait brasser en sécurité! Un kayakiste nous suit constamment pour assurer notre survie en cas de chute à l’eau… voici la vidéo de Notre journée de rafting

Top Cool!

  • Enfin un peu de chaleur, un répit de l’altitude et de la rareté de l’air
  • Leçon d’espagnol intensive de quatre jours par notre guide Luis… très patient!
  • Luxe d’être organisé… et de ne pas à s’inquiéter de rien!
  • Découvertes intéressantes des racines de l’Équateur… nous donne le goût de proposer une offre similaire chez nous pour les Québécois et les touristes!

🙁   Mouches qu’on ne sent pas nous piquer et un peu pluie à tous les jours. Bien que ça soit très sauvage et qu’on se trouve loin du vrai monde… tout est très bien organisé!!