C’est un départ!

Samedi 3 novembre

Ce matin on s’est réveillé à 8h. Il faisait gris. Une bonne nuit de sommeil après des jours de préparation, de stress et d’insomnie.

Dans les dernières  semaines, nous avons fait notre petite tournée pour aller visiter nos amis, notre famille. Hier, Louise et Bernard sont venus nous rendre visite pour la dernière fois en 2012. Ils nous ont donné un bon coup de main pour terminer de ranger et pour un cours de manipulation de GPS pour les nuls. Un bon lunch de sushi avec du fromage en crottes! Et ils ont rapporté la Mazda chez eux pour entreposage/utilisation. La séparation n’a pas été trop triste car on a l’espoir de se voir bientôt… au Panama à la mi-janvier.

Micheline et Michel sont également venus faire un tour. Nous avons pris un verre tranquille et ils nous ont annoncé qu’ils faisaient des démarches pour venir nous rejoindre au Panama eux aussi. Ils s’enlignent sur la fin du mois de décembre/début janvier.  Wow! Et ça, c’est pour ajouter à  la bonne nouvelle que nous avions eu la veille. Alain, Guylaine et Noémie seront au Costa Rica pour célébrer Noël. Nous les rejoindrons à Grecia le 25 décembre.

On ne s’ennuiera pas. Nous verrons Ade dans quelques jours, puis Pierre & Claire et Monsieur Perreault au Guatemala.

Pour revenir à notre dernière journée, Martin est allé manger au restaurant Ridi avec Micheline et Michel. Pour ma part, je suis allée célébrer l’avancement du projet avec l’équipe de gestion de changement. C’était un spectacle du groupe « Australian Pink Floyd ». J’ai été franchement impressionnée. La compagnie était agréable aussi. C’est intéressant de rencontrer les collègues en dehors de du contexte du travail.

Ce matin, après un bon café, nous partons faire notre jogging réglementaire. Matinée très fraîche! C’est vraiment le temps qu’on quitte.

Optimisation et derniers préparatifs dont un déjeuner et un lunch aux restants de pâtes de M. Pepino Perri. Nous avons aussi croisé plusieurs voisins, on nous fait des adieux chaleureux. Isabelle est là pour immortaliser l’événement. Le départ officiel se fait à 13h21 le 3 novembre 2012. Un petit stop chez Renaissance pour un dernier don, chez Esso pour de l’air à pneus et nous prenons la direction des milles iles.

cropped-départ.jpg

Il fait gris et il pleut. Nous sommes heureux d’être à la chaleur dans l’auto.

Nous répétons le scénario pour notre passage aux douanes. On a un certain stress. Nous n’avons rien à nous reprocher mais on ne sait jamais! Jeudi soir avec Ti-Lord et Annie, on s’est fait des peurs. Ils nous racontent l’histoire d’un de leurs proches qui a pris le bus pour la Californie mais qui est revenu des douanes de Lacolle en Taxi. Ses réponses n’étaient pas spécifiques : ne savait pas combien de temps il serait dans le pays, exactement où il irait et s’il travaillerait pour payer son séjour. Aouch.  Il avait apparemment eu le malheur d’écrire dans son journal « Bin nous voilà presqu’arrivés aux douanes ». Ils lui ont demandé s’il connaissait « Bin Laden »

 

A notre arrivée aux douanes, nous constatons avec joie qu’il n’y a pas de file. On nous demande d’ouvrir la fenêtre de la porte arrière. Euh… pas évident.

« Peut-on sortir du véhicule? » et le douanier de répondre :

« Vous n’avez pas des vitres électriques? ».  Un peu plus on venait en charrette! On nous demande où l’on demeure (deux fois plutôt qu’une).

“Where are you going?”

« Buffalo »

« Why? »

« Well, we are going to Buffalo then to South America “

“Why????”  L’interrogation est pas mal plus intense!

« It’s a dream.  We took a year leave”.

“ What kind of work do you do? »

« I work in a Bank (ça c’est la meilleure réponse) », « building management »

« What do have back there? » en pointant l’arrière de la voiture, et Martin, de son meilleur ton de Monsieur Pignon :

“C’est une structure bâtie à partir de 9 bacs à lait assemblés et surmontés d’une plateforme en 4 morceaux pouvant se déplier pour nous donner accès au contenu des bacs ».

« What’s underneath »?

« Clothes , .. » Il ne nous a pas laissé le temps d’élaborer d’avantage. Puis c’est la question d’argent qui vient sur la table (on les avait toutes pratiquées, honnêtement, il manquait un peu d’originalité).

« How much cash are you carrying? », « 150$ », « And you think you will last on that »? Épais. C’est sûr que quelqu’un qui arrive en charrette n’as certainement pas autre chose que des bourses d’écus pour payer.  Je travaille dans une banque.  T’as juste à mettre ta carte dans une machine et ça sort miraculeusement.  Pas de fouille. On n’a même pas eu la chance d’ouvrir la valise pour lui montrer notre belle construction. Ah! Et on a sacrifié deux oranges. Les articles « sacrifiés ». C’est toujours bon pour faire passer les caisses d’alcool. Admettons qu’on aurait voulu passer de l’alcool. Mais ça n’aurait pas été futé de notre part. Pas parce qu’on aurait pu se faire prendre mais parce que c’est bin plus cher chez nous! Pfiff.

Les routes sont superbes. On ne peut pas vraiment ajouter plus. Rien de dommageable pour les suspensions ou les jantes.

Notre heure de souper arrive et la hantise d’un repas de junk nous rejoint, nous utilisons le GPS pour se trouver un bon resto de soupe Vietnamienne. Wow! Vive le GPS. Gauche, droite, gauche, gauche, droite et on arrive finalement au Pho Saigon. Le nom était inspirant mais aouch! Une image vaut mille mots.

La recommandation de restaurant de Mme GPS
La recommandation de restaurant de Mme GPS
Pho Saigon à Syracuse
Pho Saigon à Syracuse

 

On décide donc  de tenter notre chance sur le deuxième choix de « mme GPS ». Mai Lan. Une Pho Ga et Pho euhh crevettes. Des portions plus vietnamiennes qu’américaines, mais des vietnamiens bien sympathiques qui étaient heureux qu’on leur sorte nos quelques mots de viet! Soupe un peu sucrée à mon goût mais certainement moins dommageable qu’un « casseau KFC ».

La reprise de la route 81 (en direction de la 90) se fait comme un charme. Vive la technologie!

Malgré le froid, nous pensons encore dormir dans un Walmart Supercenter. On espère avoir des amis snowbirds pour nous tenir compagnie.

 

650 km de Montréal à Buffalo

3 réflexions au sujet de « C’est un départ! »

  1. Quelle belle surprise! Je savais bien que je devais vous contacter. Pourquoi n’ai-je pas écouté mon instinct, zut! Merci de m’avoir incluse dans votre liste de distribution. Quel merveilleux périple! Vous m’épatez. Je vais vous suivre, promis! 🙂 Avec toute mon affection, Chantal xox

Laissez-nous vos commentaires