Jeu de balle pour célébrer la fin du monde

El fin del mundo!!

Copan au Honduras abrite des ruines Mayas d’une grande importance. Dès notre arrivée, on a été frappé par la quantité de festivités qui avait lieu pour souligner le changement d’ère des Mayas.

Douane du Honduras
Douane du Honduras

En effet, le calendrier de ces indiens, que l’on peut croiser surtout au Mexique, au Guatemala et au Honduras, annonçait un changement le 21 décembre 2012. De là, les prétentions de fin du monde qui ont parcouru le monde entier. Ce n’était que la fin d’un calendrier et non la fin du monde. Ça ressemblait pas mal à nos histoires de l’an 2000!

On a eu droit à quelques cérémonies et chants Mayas sur une scène érigée sur la place centrale de Copan. L’encens brûlait à fond. Ils ont même simulé un match de ballon-mur que jouaient les Mayas il y a plus de 600 ans.

Jeu de balle pour célébrer la fin du monde

Le village de Copan Ruinas est situé à seulement 10 km de la frontière du Guatemala. On a d’ailleurs croisé au village un des douaniers et un ‘cambiste’ que nous avions rencontré la veille lors de notre passage obligé de plus de deux heures au poste frontalier.

Le Honduras est plutôt montagneux. C’est très vert et vraiment intact quant à la nature. Il y a beaucoup de gens qui n’ont toujours pas l’électricité. Alors il est très fréquent de croiser des hommes, des femmes ou même des enfants qui transportent quelques bûches de bois. C’est d’ailleurs avec ce petit bois qui traîne sur le bord des routes qu’ils réussissent à cuisiner leurs repas!!

On s’est aussi arrêté quelques jours sur le bord du plus grand lac du Honduras. Soit le Lago de Yojoa. On y a fait la découverte d’un gîte dont le propriétaire brasse sa bière. On a pu camper dans notre Suzuki, boire de la bonne bière et manger comme des rois car les cuisinières étaient très appliquées!!

Nous n’avons pas osé s’aventurer dans la capitale, Tegucigalpa. Genre de ville dont la réputation n’est plus à faire. Nous avons plutôt choisi de jeter notre dévolu sur une ville de montagne à moins d’une heure de ‘Tegu’ comme disent les gens du Honduras.

On est donc monté à Valle de Angeles. La température y est fraîche, les gens y sont accueillants et la ville est très bien conservée. En effet, les habitants protègent l’héritage colonial laissé par le passage des espagnols il y a plus de 500 ans!!

Heureusement pour nous, la fin du monde ne s’est pas matérialisée alors on est obligé de continuer à voyager!!!

* un ‘cambiste’ : Individu qui attend les touristes à la frontière pour leur acheter les devises du pays d’où ils arrivent et pour leur vendre celle du pays dans lequel ils se dirigent!! Évidemment, il vous attend généralement près de votre voiture en souriant et les policiers tolèrent ce genre d’échanges, aussi en souriant!!

Une palette... de Lempiras!
Une palette… de Lempiras!

 

Une réflexion au sujet de « El fin del mundo!! »

  1. La plus belle fin du monde qui soit!
    Vous êtes rendus dans l’au delà… de l’Amérique Centrale!
    Bonne continuité xx

Laissez-nous vos commentaires