Machu et Wayna Picchu

La route des Incas, un Picchu et un Ticaca!!

Cusco, 17h. Après une longue journée de visite de la vallée sacrée, on reçoit un appel qui nous annonce qu’on part en trek ce soir et non plus demain matin!!?? Quoi?? Il y aura grève générale demain et les routes seront bloquées. L’agence avec qui nous ferons le trek Salkantay nous donne rendez-vous à 21h et non à 5h demain matin. On fait notre sac rapido-presto, on engouffre un octavo (1/8 de poulet) et une camionnette se pointe pour nous faire rencontrer le reste du groupe.

Akutchu chicos!! On entre dans une camionnette déjà bien pleine, on met les bagages sur le toit. Ça forme une belle pyramide. On espère que ça tiendra. Nous partons dans la nuit avec le guide, le cuisinier, le monteur de tente, quatre Suisses, deux Américains et nous trois!! 1h du matin, on arrive à notre très fraîche destination. Les tentes se montent sur un pré plutôt poivré de «boose» de vaches. C’est glissant ça!!

Salkantay
Salkantay

En se levant le lendemain matin, nous sommes agréablement surpris par la vue splendide qui nous est offerte. Le soleil nous permet de voir une très longue vallée et de nombreux sommets de montagnes. Ça agrémente le déjeuner de belle façon.  La nuit très froide nous a donné plus de peur que de mal.

Vivifiant!
Vivifiant!

S’amorce alors un trek de cinq jours/cinq nuits qui nous permet d’atteindre la passe du Salkantay à près de 4600m d’altitude. Avons-nous besoin d’ajouter que nous sommes à bout de souffle simplement en y songeant! L’insulte suprême pour les Ironman! Le cuisinier amorce la marche une bonne heure après nous. Il nous dépasse bien sûr et histoire d’en ajouter une couche, il a le temps de préparer le lunch avant notre arrivée à la pause du midi?? Pas facile…

Notre groupe dans la "Salkantay Pass"
Notre groupe dans la « Salkantay Pass »

C’est dans ce passage venteux et pluvieux que nous offrons à Pacha Mama (la terre) tout notre respect avec l’aide de notre guide Quechua. Le sommet enneigé du Salkantay à 6300m n’est heureusement pas au programme!!

à 4600m
à 4600m

Un trek en montagne offre vraiment de tout. Soleil intense, lèvres gercées, vent constant, pluie, bruine, boue, froid, paysages verts, ciel bleu, UN CONDOR, des chevaux porteurs… on doit adapter notre habillement à toutes les heures du jour. La nuit, on s’engouffre dans notre bolsa de dormir et on espère ne pas geler. Une belle aventure malgré tout!

T'es certaine que tu veux le r'avoir?
T’es certaine que tu veux le r’avoir?

 

La dernière journée du trek nous permet d’admirer le fameux site sacrée du Machu Picchu. Nous ne sommes pas déçus. Les Incas travaillaient la pierre de façon précise et parfaite. Une grande merveille du monde! On a la chance de gravir le sommet voisin du Wayna Picchu qui permet une vue en plongée sur le Machu Picchu. Spectaculaire!!

Fut prise qui croyait prendre!
Fut prise qui croyait prendre!

 

À quelques minutes du lever de soleil
À quelques minutes du lever de soleil

On revient sur Cusco, on embarque dans le SuzuCamp modifié pour trois passagers et on roule jusqu’à Puno. C’est là qu’on découvre le lac Titicaca et qu’on a le plaisir de passer une nuit sur l’île d’Amantani. Au passage on fait connaissance avec les habitants des îles flottantes et ceux de l’île de Taquile. Fascinant!!

Pour le fun!
Pour le fun!

 

Le mari brode le châle pour sa femme
Le mari brode le châle pour sa femme

C’est à l’aide de leur tuque, qu’ils ont tricoté eux-mêmes, que les hommes vivant sur l’île de Taquile dévoilent leur état civil!! La qualité du tricot est un critère de sélection important pour le futur beau-père qui lui offrira la main de sa fille. De plus, il portera une ceinture tissée, doublée des cheveux de sa future épouse. En terminant, ils auront deux enfants avant de convolés en juste noces!!

Tricots de Taquile
Tricots de Taquile
La pause
La pause

 

Hasta luego chicos y chicas!!

 

Akutchu = Allons-y en Quetchua

14 réflexions au sujet de « La route des Incas, un Picchu et un Ticaca!! »

    1. Tu sais, ce voyage aurais pu durer un jour, une semaine, deux semaines… « depends on you ». On remonte des « esnakes » quand tu veux chica! 😉

    2. Tu sais, ce voyage aurait pu durer un jour, deux semaine, quatres semaines… « depends on you ». On remonte des « esnakes » quand tu veux chica! 😉

    1. Eh!! Les amis français! Comment allez-vous?! Nous sommes vraiment heureux d’avoir de vos nouvelles! Nous arrivons à la frontière de l’Argentine. Nous avons de la difficulté à y croire! On est loin de chez-nous!

  1. My god this is an other of your remarkable stories, How wonderful.
    Regard, with admiration, andrew
    • PS.- walking across the Alps at the St. Gotthard pass (el. 2106 m) I might have fallen out of my bed at night.
    • andrea skiing down the Mont Blanc at 3000m is wrapped in blankets
    • flying at 4000m we used (and needed) an oxygen mask
    • and here you are hiking at Salkantay at almost 4600m !!

Laissez-nous vos commentaires