Les snow »birds »

Cliquez sur: Mariposas  pour voir la vidéo.    Attention lepidophobes s’abstenir!!!!

On part de Morelia très tôt pour se rendre en montagne à Angangueo… On veut aller au Sanctuario Cerro Chincua. C’est un endroit où les papillons monarques migrent annuellement du Canada.  Après une couple d’heures de petites routes, on se demande si on va se rendre… on n’a pas d’adresse exacte ni de coordonnées GPS du lieu où on s’en va! On s’est imaginé que ça devait être évident rendu là et que c’est pour ça qu’y avait pas d’explications précises lorsqu’on se renseignait sur l’internet.  Ha! Bin… pas vraiment.

Le trajet prend une heure de plus que prévu. C’est en montagne, on roule souvent « dans le champ » ou en dehors des routes selon le GPS. On arrive finalement à Angangueo vers 12h30. On doit faire des manœuvres pour reculer dans l’étroite rue principale de ce petit village qui ne laisse passer qu’une voiture à la fois… et ce n’est pas une voiture mais bien un gros camion qui s’en vient! On décide donc de se stationner et de diner. Comme on dit, ‘ça fera ça de prit’!

Rendu au restaurant, on a un peu de difficulté à comprendre nos options de lunch. Notre hôtesse/cuisinière/serveuse ne fait pas trop d’efforts pour articuler et parler à un rythme qui nous donnerait une chance de comprendre.  On capte quelques mots et ce sera donc un « mole » et un « bistec » à la mexicaine. Soit du poulet avec une sauce au chocolat piquante et un morceau de bœuf saisi à la poêle. Évidemment, on accompagne le tout par du riz et des binnes!! C’est plutôt bon et rapide comme service, mais un peu cher à 120 pesos même si tout est inclus. Soit près de 10$. Est-ce que ça serait la première  fois qu’on se fait avoir au Mexique?

On profite des clients du resto pour prendre quelques informations sur le sanctuario et à notre grand bonheur, on n’est pas loin. On obtient des indications claires qu’on corrobore avec le préposé au stationnement. Muchas Gracias!!

Rendu au sanctuaire des monarques, un groupe d’enfants nous attend dans le but que l’un d’eux soit élu guide ou surveillant de notre voiture… ils offrent même de laver notre Suzucamp car on s’est vraiment tapé des chemins de terre qui ont laissé des traces. Ils sont d’affaires! Après l’achat des billets, c’est au tour des adultes d’offrir leurs services de guide à pied ou même à cheval.

Après plusieurs heures de route, la marche est bienvenue. On grimpe rapidement dans la forêt, qui, honnêtement, ressemble étrangement à chez nous! Sapins, pins et air frais. On voit peu de papillons sur le sentier.  On se demande si on aura la chance d’en voir pour la peine. Toutefois,  ça sent bon le sapin et les paysages nous rappellent des beaux souvenirs de Compostelle. Ça nous aura fait une belle randonnée.  Finalement, au sommet, les monarques se matérialisent par milliers sinon par millions?! Un décor orange sur fond d’arbres verts. C’est quasi irréel!

On pourrait simplement rester là à remplir des cartes mémoires de photos tellement le spectacle est merveilleux! Le nombre de ‘mariposas’ est vraiment incalculable…

Malheureusement, la route est longue jusqu’à Puebla. C’est là qu’on dormira. On redescend alors sous les yeux curieux et mystifiés des touristes mexicains et des guides. Je ne sais pas si on a obtenu le record de rapidité pour la montée-descente ainsi que nombre de photos prises mais on est assurément dans le top trois!!

La route est pénible du retour est pénible. Il y a pleins de « tope » et de trous. Il faut être super attentif. Comme si ce n’était pas assez, il y a des chiens errants (un peu niaiseux) partout. On en voit plusieurs morts sur le bord de la route et un autre se faire frapper. C’est triste.

Vive le GPS car quand la route principale passe dans les villes, on est complètement perdus. Pas moyen de voir ce qu’est la route principale par rapport aux autres routes et comment on  sortira des culs-de-sac et sens-uniques si fréquents.

On arrive à Mexico city (qu’on contourne par le périphérique). Le charme de la ville est toujours présent. Charme pour une ville de 52 millions d’habitants?! Oui, oui, c’est « hot » Mexico city! Édifices super modernes, les rues sont bondées, ça nous rappelle notre visite de l’an dernier. Et on a le temps de se rappeler beaucoup de souvenirs car il y a beaucoup de trafic!

On prend finalement l’autoroute vers Puebla et il fait noir. On contrevient à un règlement qu’on a établi à notre départ. Pas de route le soir. Il y en a tout de même des plus courageux que nous : En effet, beaucoup de Mexicains font leur pèlerinage en l’honneur de la ‘Nuestra Señora de Guadalupe’. Cyclistes, marcheurs et coureurs se succèdent sur l’accotement de l’autoroute. Ayoye! Et on ne parle pas des côtes, de la pollution, de l’altitude et il est près de 20h. Dire qu’on se trouvait pas pire avec notre Ironman.

2 réflexions au sujet de « Les snow »birds » »

  1. Magnifique votre video, incroyable la quantités de “mariposas”. Je suis surpris que vous ayez passé à Mexico City.
    Bon séjour à Bocas del Toro.

    Ciao! On vous embrasse

Laissez-nous vos commentaires