Nuevo Vallarta: Se faire payer pour être en vacances!

Nous leur avons pourtant répété à maintes reprises que nous ne sommes pas intéressés. Ils nous demandent ce que ça prend pour que nous assistions à une présentation du groupe Vida (Time Share, mais on n’a pas besoin d’acheter, on peut juste les recommander!). Sans même qu’on ait le temps de répondre, ils nous offrent 2000 pesos, soit 160$. On se regarde avec un sourire en coin et on accepte.NV&PV_146

Martin Déry

NV&PV_193   NV&PV_154 NV&PV_283 NV&PV_282

Nous nous rendons dans le lobby du Mayan Palace. C’est l’un des cinq établissements du complexe. Il y en a d’ailleurs sept de ces complexes hôteliers au Mexique.

On nous présente une jeune femme qui a pris soin de mettre ses semelles épaisses pour nous rencontrer!! On nous invite à s’assoir pendant quelques minutes pour parler de notre situation et en savoir plus sur le Groupe de vacances VIDA. Grande nouvelle, on pourrait prendre nos vacances au sein de nombreux complexes hôteliers pendant les cent prochaines années, et ce pour pas cher!

On nous emmène en voiturette de golf au Gran Bliss, un autre hôtel du complexe. Le chic est au rendez-vous. On nous invite à déjeuner sur nappe blanche. Au menu, saumon fumé, œufs bénédictine, jus frais pressé, café, omelettes, pétoncles, bacon… On commence par nous séduire par la panse!

Pendant le déjeuner, pas un mot sur le groupe de vacances, ni sur les hôtels-condos, ni sur le concept de temps partagé. On jase de tout et de rien, du Mexique et de ses nombreux attraits, il fait beau et la vie est belle!!

Après le déjeuner, on nous fait visiter des chambres d’hôtels témoins : un studio à une chambre, un appartement à une chambre et cuisine, deux chambres. Tout est bien NV&PV_251décoré, plutôt chic, au dixième étage, spa pour deux sur le balcon, belle vue… On nous annonce même que la déco est refaite à tous les cinq ans. On nous avoue du bout des lèvres que la refonte de la déco se fait aux  frais des membres! Toutefois, ils remettent les meubles à des œuvres de charité qui viennent en aide à des familles mexicaines.NV&PV_412

Ça fait près d’une heure trente que nous sommes en présence de la représentante et nous n’avons toujours pas entendu parler de prix?! C’est d’ailleurs précisément à ce moment-là qu’on nous invite à s’assoir pour connaître le fond de l’histoire.

On entre dans une salle où se trouve une bonne douzaine de couples attablés avec un représentant ou deux. Des représentants canadiens, américains, mexicains qui vont d’une table à l’autre pour préciser, expliquer, relancer… bref, la machine est bien rodée. On s’attend à se faire travailler au corps.NV&PV_429

Après nous avoir montré quelques feuillets avec des photos de tous les complexes hôteliers du groupe, les prix sont mis sur la table;

La première offre était la suivante : 48 000$ pour avoir « la chance » de rester quatre fois par an dans un studio ou 66 000$ pour une chambre avec cuisine pendant dix ans.  On a de la difficulté à bien expliquer le « deal » car nous n’écoutons que d’une oreille. Nous ne sommes là que pour récolter notre 160$!!NV&PV_398

Son argumentaire est basé sur le coût annuel de nos vacances.  Nous calculons notre dépense annuelle: environ 6000$. Elle nous explique ensuite que le groupe nous
rembourse environ 5000$ par année pour « vente » de nos droits de séjour.

Si nous avons droit à quatre semaines de vacances et qu’on n’en prend qu’une, les revenus générés par la vente de nos droits (à des gens à qui ils peuvent vendre comme nous) serviront à nous payer??!! Autrement dit, ça se paye tout seul!! Brillant comme modus operandi.

Si on se comprend bien, en ne prenant qu’une semaine dans leurs établissements par année pendant dix ans et en leur donnant 48 000$ maintenant, on pourra jouir d’un remboursement de 50 000$ et ainsi payer notre investissement dans le groupe de vacances. Et on nous demande de signer sans avoir réfléchi ou lu clairement les conditions.

On lui explique que nous ne sommes pas intéressés et que nous préférons notre liberté. Nous préférons visiter plusieurs pays au lieu de se confiner au Mexique. De plus, avec toutes les offres de « tout inclus » à prix dérisoires, l’opération ne serait pas rentable pour nous (un billet pour la côte ouest du Mexique est aussi cher qu’un tout inclus à Cuba).  C’est à ce moment-là que la sauce tourne au vinaigre. La représentante lance alors « I guess I will finish earlier today!”.  Yes madam, nous, on s’en va à la plage!! Elle enchaîne en disant qu’elle va nous libérer. Enfin!!!!! Déjà deux heures de passées.

C’est à ce moment-là que la valse des ‘managers’ commence. On nous fait rencontrer une canadienne qui essaye de nous convaincre pendant une dizaine de minutes que nous devons écouter son offre avant de quitter et nous remettre ce qu’ils nous ont promis. Elle nous présente une offre à 25 000$. La moitié du prix initial, c’est le prix de 2003!!?? On ne sait pas ce que ça comporte. On nous « flash » des prix. Thanks but no thanks! Elle dit qu’elle va nous libérer de notre présentation.NV&PV_159

C’est alors qu’une autre représentante senior vient à notre rencontre avec un sourire qui traduit un peu de stress. Peut-être que notre langage corporel commence à en dire long. Elle commence à déballer une autre offre à 8 000$. On lui dit fermement qu’elle en est, comme au baseball, à la troisième prise et qu’elle doit maintenant nous libérer. Ça va faire!

Elle nous a tout de même expliqué son offre qui ne commandait qu’un petit ‘down payment’ de 2 000$. Thanks but no thanks, libérez-nous s’il-vous-plaît!! Ça faisait près de trois heures qu’on les écoutait.

On signe finalement une formule qui explique que nous renonçons à toutes les offres que nous avons vues passer sous nos yeux ce matin Ces offres ne seront plus disponibles après cette renonciation. Merci!! Surtout, ne consultez personne et ne réfléchissez pas!NV&PV_209

Une fois le document signé, on nous accompagne vers la sortie mais une fois dans la voiturette de golf et on nous dépose à un autre pavillon. On commence alors à se demander si la promesse de 4 000 pesos va se concrétiser!  On nous fait asseoir pour attendre quelques instants qu’un certain Éric se pointe. On pense que cet homme nous remettra notre argent. Et bien, c’est mal connaître la vente de « Time Share ».

Il prétexte vouloir faire un sondage sur notre satisfaction par rapport à nos rencontres précédentes et surtout savoir pourquoi nous ne voulions pas nous prévaloir de leurs offres?!!  Il en profite pour nous faire une dernière offre à 2 000$. Non merci! Mais encore une fois, ce qui s’offre à nous pour 2000$ n’est pas si clair. Est-ce l’offre du début à 50 000$?

Il nous offre subtilement un coupon échangeable pour des excursions au lieu du ‘cash’. On bondi de nos sièges pour lui montrer le coupon qui spécifie que nous devons recevoir nos 4 000 pesos pour notre présence à la présentation. Ils essayent vraiment jusqu’au bout! NV&PV_182

Finalement, nous avons reçus quatre beaux billets de cinq cents pesos après un peu plus de trois heures d’écoute semi-active!!!! 25$ de l’heure pour passer un avant-midi à refuser des offres toujours plus alléchantes les unes que les autres!!! Pas facile… Hi!Hi!

Ps : D’après la réaction de notre représentante après notre refus, nous n’étions pas les premiers Québecois à refuser d’embarquer dans son « racket »!! Elle a simplement lancé à sa collègue « These French Canadians » en tournant les yeux vers le haut. Ça voulait tout dire.NV&PV_195

 

Ps#2 : Le site est très beau. On recommande l’hôtel mais on vous conseille de:

a) ne pas aller à la présentation car quand on n’a qu’une semaine de vacance, ça ne vaut vraiment pas la peine de « scraper » une demie-journée à se faire vendre quelque chose qu’on ne veut (devrait) pas acheter. Dites-vous bien que tout le temps qu’ils passent à vous harceler dans le lobby ne fera qu’empirer lorsque vous ferez partie des statistiques des représentants. Selon eux, 66% achètent!

b) ‘dealer’ le montant qui devrait dédommager votre temps. On est heureux avec notre 160$ mais avoir su, on aurait demandé plus.

11 réflexions au sujet de « Nuevo Vallarta: Se faire payer pour être en vacances! »

    1. On était allé joggé le matin même, on s’est payé la traite dans le saumon fumé et les petits fruits. Pas exactement dans notre budget habituellement. 😉

  1. Je suis crampée ! J’ai justement vu un reportage sur ce genre d’offre alléchante (!) à la Facture qui se passait au Mont Ste-Anne – club vacances.

    1. Honnêtement, ça me surprend qu’on n’entende pas plus parler de ces histoires. Je pense que les gens qui ont acheté se font à l’idée qu’ils ne se sont pas fait avoir???

  2. Omg. This happened to me and my parents and kev and janelle in cancun. After we refused they escorted us out and we had to take a bus back to our resort. We wasted half a day of sunshine listening to them. Ouff. Not fun. We got two tickets to xcarrat. We definitely should have negotiated more!

    1. argh!The entire family!! 🙁 We « escaped » the trap in the Dominican Republic but they were looking for people every morning after breakfast. Not fun.

  3. Nadine et moi avions été approché à St-Martin. Je sais pas pourquoi mais le gars nous a fiché patience après qu’on lui a dit que ça nous intéressait grandement mais que nous étions sur le BS et que nous avions juste gagné ce voyage pour 2 à St-Martin dans un concours…

  4. Nous on a eu le même traitement à Riviera Maya. Chanceux que nous sommes, la température était moche dehors… payés pour passer le temps en attendant le retour du soleil.

Laissez-nous vos commentaires