Naïveté sur deux roues en Andalousie

Il est 14h45 et ça fait 4 heures qu’on grimpe vers Trevelez à 1 750m d’altitude. On a littéralement une montée de 45km à faire.  Il fait 37 degrés sous le soleil! Nos chandails sont tachés de sueur salée!! Naïfs!

Quand le temps est venu de planifier notre « premier vrai voyage » depuis notre retour d’Amérique latine, notre choix s’est arrêté sur l’Andalousie dans le sud de l’Espagne.

Le processus de décision fut assez simple. Nous voulions;

  • parler espagnol,
  • avoir chaud et,
  • visiter un pays avec des attraits touristiques reconnus et une culture unique…

De plus, on voulait profiter du fait qu’on retourne travailler après le voyage pour visiter un pays « dispendieux » (ie : Euro) sur notre liste.

Tous ces critères réunis manquant un peu de « punch », nous avons, c’est maintenant un peu flou pourquoi, décidé d’ajouter un critère de plus:

« Agréable à faire en vélo »

Nous aimons beaucoup l’offre de Vélo Québec même si nous préférons partir seuls et que nous prenons plaisir à organiser notre voyage.  Donc, si Vélo Québec offre ce voyage en Andalousie, ça doit être une bonne idée!? Le degré de difficulté est de 5 vélos, soit le maximum!!

On se dit alors; Bah, pas de problème!

Allo?? On a des bagages à transporter… Un ti-peu innocents!

C'est un départ... merci à nos parents de nous avoir accompagnés à l'aéroport. On vous présente notre logo!
C’est un départ… merci à nos parents de nous avoir accompagnés à l’aéroport. On vous présente notre logo!

Le choix de notre saison pour visiter l’Andalousie était théoriquement parfait. Normalement, il n’y a pas de canicule en mai. Nous, on l’a eu!!

Cordoba... un candidat aux élections qui a des idées fraîches, petit tan de cycliste et rabo de toro
Cordoba… un candidat aux élections qui a des idées fraîches, petit tan de cycliste et rabo de toro
Tapas et... légendaire pause Coke
Tapas et… légendaire pause Coke

Ce à quoi on n’avait vraiment pas pensé… l’entrainement. Faire une centaine de km de vélo par jour avec des bagages dans un pays où la montagne est omniprésente demande de la préparation PHYSIQUE(!!).  Notre problème… on a dû s’entrainer tout l’hiver à l’intérieur.

Avez-vous déjà fait 3h de vélo stationnaire? Juste au cas où vous vous demandez si c’est l’fun? Non!! Même en visionnant  deux films « back à back ».

Bref, nous avons fait un SUPERBE voyage dans un coin de pays qui mérite vraiment d’être visité (à vélo c’est optionnel).

Notre trajet
Notre trajet

Nous sommes passés à travers 3 chaînes de montagnes (Sierra Nevada, Sierra de Grazalema et Sierra de las Nieves). Pour franchir une chaîne, il faut bien sûr la gravir, non sans peine et ensuite (heureusement) la dévaler. La récompense se trouve dans les superbes paysages ( et on avoue un-peu-beaucoup, le Jambon Serrano qu’on mange sans retenue).

Le paradis des amoureux de l'olive et du fromage de brebis
Le paradis des amoureux de l’olive et du fromage de brebis
Dans la Sierra Nevada... le royaume du jambon de Serrano
Dans la Sierra Nevada… le royaume du jambon Serrano
Dégustation de Xéres chez Tio Pepe à Jerez de la Frontera
Dégustation de Xéres chez Tio Pepe à Jerez de la Frontera

Nous avons roulé à travers les tournesols, les coquelicots, des millions d’oliviers et même les arbres à nectarines!! Sans oublier, quelques sommets enneigés!! Wow!

Champs de tournesols à perte de vue
Champs de tournesols à perte de vue
Champs de coquelicots
Champs de coquelicots
Récolte d'oignons
Récolte d’oignons

Non seulement avons-nous eu la chance de voir des oliviers en fleurs, nous avons également rencontré un sympathique producteur d’huile d’olive, soit  Antonio Zafra et de sa conjointe Coco. On a dégusté leur huile et une salmorejo savoureuse…  Voici le site de Paraiso de Olivos

Rencontre mémorable avec Antonio et Coco producteurs d'huile d'olive las Quebradillas
Rencontre mémorable avec Antonio et Coco producteurs d’huile d’olive las Quebradillas
Des oliviers à perte de vue...nous y étions alors qu'ils étaient en fleurs. Allergiques au pollen s'abstenir!
Des oliviers à perte de vue…nous y étions alors qu’ils étaient en fleurs. Allergiques au pollen s’abstenir!
On reviendra en Andalousie... pour venir faire le Camino de Santiago
On reviendra en Andalousie… pour venir faire le Camino de Santiago
Luque... charmante ville au pays des olives
Luque… charmante ville au pays des olives
Zuheros... la campagne de l'Andalousie et le paradis des randonneurs et cyclistes
Zuheros… la campagne de l’Andalousie et le paradis des randonneurs et cyclistes

Nous avons mangé (en quantité indécente et de façon quotidienne) du succulent jambon Serrano, des olives et des churros trempé dans le chocolat!

Houuuu!!! Des Churros!
Houuuu!!! Des Churros!

Nous nous sommes aussi payé la traite dans la Cruzcampo et les cafés au lait à un prix tellement abordable (même en euro).

Un petit spectacle de Flamenco au passage…

Pablo Picasso, natif de Malaga, a attiré notre attention au point d’aller y interviewer la directrice des relations avec les médias du musée lui rendant hommage.

Malaga...ville natale de Pablo Picasso
Malaga…ville natale de Pablo Picasso

On ne peut passer en Espagne sans plonger dans l’univers de la corrida. On a d’ailleurs visité la célèbre  Arène de Ronda et on a même dégusté de la queue de taureau!!

Arene de Ronda
Arène de Ronda

L’Andalousie est bien sûr un mélange unique de culture. Mené par les musulmans pendant plus de 700 ans, l’héritage architectural est simplement magnifique. Chassés par les chrétiens il y a près de 700 ans qui eux aussi laissent leur empreinte… Coexistent maintenant des crucifix au sein de mosquées!? L’intégration maure/catholique est unique au monde. Bref, la Mezquita de Cordoba , l’Alhambra de Granada et l’Alcazar de Seville sont des « musts ».Alhambra de Grenade

Dans les rues de Grenade... les petites voitures ont une longueur d'avance
Dans les rues de Grenade… les petites voitures ont une longueur d’avance
Superbe détail de l'Alhambra à Grenade
Superbe détail de l’Alhambra à Grenade
Alhambra de Grenade
Alhambra de Grenade

Poterie

Séville
Séville

S’y aventurer à vélo est fantastique. Toutefois, il faut payer le prix de l’effort! Bref, il faut le mériter. C’est un certain Alejandro qui nous a « monté » jusqu’à la Puerta del viento pour franchir la Sierra de las Nieves(neige).

Rencontre chanceuse d'Alejandro qui nous a aidé à faire de la mécanique et monter à la Puerta del Viento dans la Sierra de las Nieves

Enfin des vacances...à Marbella après 21 jours sur la route
Finalement des vacances! Après 21 jours sur la route… à Marbella

TOP

  • Grenade et son effervescence,
  • La saveur de l’huile d’olive et les olives tout aussi savoureuses,
  • Le jambon Serrano, les churros, la purée de tomate sur des toasts…
  • Au resto, c’est TTI (Tax + tip included),
  • L’accueil des Espagnols,
  • Air Canada (bouffe et suivi de vélos)
    La Mezquita et le pont romain de Cordoba
    La Mezquita et le pont romain de Cordoba
    Metropol Parasol à Seville
    Metropol Parasol à Seville

    82

    Monestario à Palma del Rio
    Monestario à Palma del Rio

    L'Andalousie au printemps
    L’Andalousie au printemps

On bat des records

Qu’est-ce qu’on a fait pour mériter un retour au bercail avec un mois de février le plus froid que le Québec a connu depuis 115 ans?

La Presse: Le mois de février le plus froid en 115 ans

Honnêtement, on n’avait pas besoin d’affronter des records de froid pour trouver l’hiver difficile. On nous demande souvent si le retour à la vie « normale » est difficile. Non.

Le travail? Correct.

Mais l’hiver!!! Grrr!!!

Quand on se plaint de l’hiver et du froid qui ne finit plus, certaines personnes dans notre entourage nous demandent : « mais vous ne faites pas de sports d’hiver ? » Sport d’hiver, sport d’hiver! Les billets de ski à 80$ pour aller se faire geler et boire des chocolats chauds à 5$ aux heures…  bof!  Alors on a fait du ski de fond autour de la propriété.

 

Lever de soleil à l'Ile des Soeurs
Lever de soleil à l’Ile des Soeurs
Avant d'aller travailler
Avant d’aller travailler

 

Ski de fond à la Pyramide
Ski de fond à la Pyramide

À moins qu’il ne faille acheter ces gros manteaux Canada Goose? Est-ce qu’on est les 2 seuls résidents canadiens à ne pas posséder un gros manteau avec un écusson sur l’épaule et un capuchon avec de la fourrure?

On mentirait si on disait qu’on ne s’ennuie pas de la Floride et de sa chaleur. À pareille date l’année dernière, nous étions confortablement installés à Fort Lauderdale avec beaucoup de famille et d’amis.

Voici, pour le fun, 2 top 5…

On s’était ennuyé de l’hiver au Québec

  • Pour avoir l’impression de revivre au printemps et d’être en extase la journée où il fait +10oC
  • Parce que quand tu nettoies ton auto, ça vaut vraiment la peine
  • Parce qu’on peut dormir avec une grosse couverture lourde
  • La blancheur de la neige vue du salon!
  • Honnêtement… on a cherché mais on n’en trouve pas une 5e!

On ne s’était PAS ennuyé de l’hiver au Québec

  • Et des pantalons ou des bottes tous sales de calcium
  • De la noirceur quand on part travailler…et quand on revient!
  • D’avoir à s’habiller comme des momies jusqu’à avoir d’la misère à bouger
  • Pour être confinés au sous-sol à s’entraîner sur les appareils
  • Parce qu’on saigne du nez si on a le malheur d’être trop paresseux et de ne pas remplir l’eau dans l’humidificateur.
  • Pour les microbes… les virus, la grippe… ouache

On célèbre bientôt notre premier anniversaire de retour à la maison et on s’amuse encore quotidiennement à se questionner où on était dans notre périple à pareille date.

Le retour aux vacances « normales »!

Quizz du jour : Après combien de mois de travail a-t-on droit à des vacances quand on a été en voyage pendant un an et demi? Selon plusieurs de nos amis, familles et collègues, on aurait probablement pu être en mesure de s’en passer pendant les 25 prochaines années. Révélation choc : on avait VRAIMENT hâte à nos vacances dans notre tout inclus au Club Med Cancun avec Louise, Bernard, Adeline et Jessica.

Vol Air Transat vide malgré la "non possibilité d'avoir 2 sièges ensemble"!!!!
Vol Air Transat vide malgré la « non possibilité d’avoir 2 sièges ensemble »!!!!

– Une semaine de vacances dans un tout inclus? Ça doit être plate pour vous deux?

– Oh que non! On est très polyvalent!! On ne lève pas le nez sur aucun voyage! Mais une semaine, on serait menteur de vous dire qu’on n’a pas trouvé ça court…

Alors je dois probablement rectifier le titre de cet article après seulement deux paragraphes : Vacances « normales ».  Au Club Med, ce ne sont pas des vacances « normales »,  ce sont des vacances « normales » extraordinaires.

Le lever du soleil de notre chambre, cadran matinal obligatoire
Le lever du soleil de notre chambre, cadran matinal obligatoire

Normales dans le sens qu’on part pour une semaine et qu’on va dans un tout inclus où on n’a pas à faire bouillir son eau (ils fournissent les bouteilles et la machine à café dans la chambre) ou à interroger notre restaurateur pour savoir combien ça va nous coûter et si le menu inclus ou non des insectes. Extraordinaires parce qu’au Club Med, il ne manque jamais de menthe fraîche au bar pour faire des Mojitos, il y a toujours des serviettes propres en quantité suffisante et il y a toujours du gaz pour mettre dans le bateau de ski nautique!

Rendez-vous quotidien de Ski et Wake
Rendez-vous quotidien de Ski et Wake
No pare la fiesta!!!
No pare la fiesta!!!
Snorkeling... poisson targeur!
Snorkeling… poisson targeur!
Planche à voile les pieds au chaud
Planche à voile les pieds au chaud

Bref, on a passé une semaine extraordinaire en bonne compagnie et  grâce aux GO (les employés animateurs du Club Med qui viennent de partout dans le monde) qui nous ont fait… jouer au tennis, faire du ski nautique et du wakeboard, du snorkeling, danser, de la voile, de la planche à voile, du kayak et même du trapèze.  On en oublie certainement… ah oui, le rodéo!

5 à 7... et coucher de soleil. Avec des cocktails rafraîchissants!
5 à 7… et coucher de soleil. Avec des cocktails rafraîchissants!
Solnours et Maxime notre prof de tennis... la petite vie au Club Med
Solnours et Maxime notre prof de tennis… la petite vie au Club Med
Avec nos amis G.O. Africains
Avec nos amis G.O. Africains
Vive le Club Med!
Vive le Club Med!

Avis aux intéressés, nous présenterons notre film Mtl à Rio au Colossus Laval jeudi prochain le 29 janvier et au Cinéma Beaubien le 5 février.

La vie de cinéaste et conférencier

Déjà plus de 3 mois depuis la première de notre film Montréal à Rio. Nous avons reçu un accueil qui a surpassé nos attentes. Nous avons fait des rencontres fantastiques… et ça nous donne l’occasion de revivre notre voyage et d’avoir la chance de partager notre expérience. On rentabilise les heures incalculables de  montage!!

À la demande générale, nous avons mis sur pied notre « boutique en ligne » juste à temps pour les cadeaux de Noël. Vous pouvez maintenant facilement acheter notre DVD et notre livre. Si vous désirez le faire livrer chez quelqu’un d’autre que vous, laissez-nous une note. Nous pouvons même l’emballer avec du papier de Noël! Cliquez l’onglet BOUTIQUE

Nous serons à Granby ce mercredi:

Granby – Cinéma Elysée
160 rue Simonds Nord

Page couverture du journal Le Plus

 

Nous nous attendons à une salle pleine. Nous avons eu la chance d’avoir un article dans le Granby Express et Le Plus! Avec rien de moins que la page couverture!! Cliquez ici pour les articles:

Granby Express

Le Plus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre saison 2014 prendra fin mercredi prochain le 3 décembre avec les présentations suivantes:

St-Georges – Cinéma Centre-Ville

11400, 1ère Avenue

Jonquière – Cinéma Jonquière
2445 rue Saint Dominique

Lachenaie – Cinéma Triomphe
1100 rue Yves-Blais

Trois-Rivières – Cinéma du Cap
300 rue Barkoff

Chicoutimi – Cinéma Odyssée
1401 boulevard Talbot

Sherbrooke – La Maison du Cinéma
63 Rue King Ouest

Joliette – Cinéma RGFM
220 rue Beaudry Nord

Trois-Rivières – Cinéma Fleur de Lys
4520 Boulevard des Récollets

 

On fait nos vedettes

De la joie et de la fierté… C’est ce qu’on a ressenties quand on nous a contacté pour faire une entrevue à Radio-Canada International! Wow! On ne l’a même pas quêtée!

Bon, il faut tout de même avouer qu’avec l’euphorie de pouvoir aller à Radio-Canada vient le petit stress. Donner une entrevue, c’est un peu angoissant. On veut bien faire bonne impression! Mais là… ce sera en espagnol. OUF!

C’est une chose de ne pas mourir de faim et de jaser de soccer pendant un an… dans cette langue cousine du français. C’est une autre histoire de faire une entrevue à la Radio dans notre 3e langue, toutefois Pablo Gomez Barrios, le journaliste, nous rassure immédiatement. On ne peut pas rater cette occasion alors on accepte. Par chance, on aura aussi droit à une pratique en français quelques minutes auparavant.

On s’est présenté en plein milieu de notre journée de travail. Habillés en « bureau ». Anne-Marie Yvon, la journaliste qui a fait notre entrevue en français n’a pas pu s’empêcher en nous voyant de nous lancer: « mais vous êtes vieux! ». Ha! c’est toujours spécial de se faire dire ça. On l’a pris comme un compliment. Elle nous a avoué s’être imaginé deux jeunes sortant de l’école partant « bummer » avant de commencer à travailler.

Voici donc les liens pour écouter les entrevues;

Radio-Canada International en espagnol 

Entrevue en espagnol

 

Radio-Canada International en français

Entrevue en français

 

Nos deux journalistes on été vraiment sympathiques. On a adoré notre expérience. Ça nous a motivé à ressortir nos livres et se remettre à l’étude de cette belle langue. On n’a pas ENCORE sorti les livres, mais ça s’en vient!

Il faut dire que ces entrevues, nous les avons eues grâce à l’article qui fut publié dans le Messager de Verdun. On a même fait la couverture du magazine de l’Ile-des-Soeurs.

Entrevue Magazine de l’Ile-des-Soeurs

 

Notre prochaine ciné-conférence: à St-Jérôme le 29 octobre.

Plusieurs dates de présentation du film s’en viennent.

29-oct St-Jérôme – Cinéma Carrefour
28-oct Baie-Comeau Ciné-Centre
28-oct Sept-Iles – Ciné-Centre
29-oct Québec – Cineplex Odéon Beauport
29-oct Victoriaville – Cinéma Galaxy
29-oct Val d’Or – Cinéma Capitol
29-oct Rimouski – Cinéma Lido
29-oct Sherbrooke – Cinéma Galaxy
30-oct Val d’Or – Cinéma Capitol

Montréal à Rio, le film

Notre film, Montréal à Rio sortira dans les salles de cinéma dans quelques jours.

C’est vrai! C’est fait!

Voici la bande-annonce… on vous invite à aller la voir en cliquant sur le lien et en parler à tous vos amis!

La première du film est le 17 septembre prochain au Cinéma Beaubien. Nous serons présents dans une dizaine d’autres cinémas et le film sera à l’horaire de 29 autres.IMG_2412 (2) IMG_2411

Nous sommes pas mal fiers! Pour des détails concernant les Aventuriers Voyageurs, notre distributeur et les autres films à l’affiche cette saison:

www.lesaventuriersvoyageurs.com

 

Pour de bon

Êtes-vous revenus pour de bon? C’est la question piège qu’on se fait poser quotidiennement.  Oui, on revient pour de bon mais on a le droit de repartir, vrai?! Pour des « vacances » plus conventionnelles. Ironiquement, on écrit ce blogue en direction de la Grosse Pomme. On participera au 5 Boro Bike Tour, une randonnée de vélo à travers 5 quartiers de New York…  Manhattan, Queens, Bronx, Brooklyn et Staten Island. On a le goût d’être chez nous mais on aime encore voyager!

Nous sommes rentrés au Québec depuis maintenant plus d’un mois. Nous avons eu la chance (!) de vivre la dernière (on l’espère) tempête de neige de l’hiver/printemps! Heureusement qu’il y a nos Canadiens en séries pour nous réconforter.

Nous reprenons le travail et la routine mais nous ressassons des souvenirs de notre voyage quotidiennement. Que ce soit avec notre conseiller financier de la Colombie, notre concierge du Guatemala, nos voisins de l’Argentine, nos amis du Chili, nos collègues du Mexique. On est toujours heureux de pouvoir parler un peu espagnol.

Si vite !

Il y a déjà 18 mois on partait avec notre Suzucamp  Ça a passé tellement vite. On se rend compte aussi combien on a appris!  Si vous avez manqué des péripéties, vous pouvez cliquer sur les liens bleus du texte plus bas pour le blogue qui s’y rattache.trajet complet r

 

L’Amérique Centrale

C’est suite à deux mois de route seulement,  après la course folle de la traversée de l’Amérique Centrale, qu’on a la chance d’avoir de la visite. Déjà après 2 mois on avait derrière la cravate un diplôme en patience et attente. On avait fait multiples kilomètres, plusieurs douanes,  et on s’apprêtait à traverser notre voiture pour franchir le Darien gap.Ça s'imposait!

Le Sud de l’Amérique du Sud

Poussés par la saison d’été qui s’achève dans le grand sud, on triche et on s’en va en avion première classe à Santiago, au Chili.

On veut voir Ushuaia mais on ne pourra l’apprécier si on attend d’être rendus en voiture… trop de kilomètres et plus tard en hiver! C’est décidé, on triche, on stationne l’auto et on le fera en bateau. Avec notre tente et notre sac à dos nous complétons la  traversée de l’Argentine en camping après avoir vécus à Buenos Aires.

Au moins il y en avait un qui faisait la vedette
Sud du Chili

Le nord de l’Amérique du Sud

Nous sommes heureux de retrouver notre Suzucamp après un peu plus d’un mois d’absence. Après une marche vers la Ciudad Perdida en jungle Colombienne, nous traversons ce sympathique pays. On entre en Équateur à Otavalo à la rencontre des Quechua. On se tient sur la côte péruvienne au nord, on visite le berceau des Amériques et l’altitude reprend de plus belle avec Cusco et la vallée sacrée. Ninon nous rend visite et nous bravons la route du Salkantay à pied pendant 5 jours pour arriver au superbe Machu Picchu.

Notre descente vers le sud reprend de plus belle avec la Bolivie, pays qui est éprouvant pour nous. Nous retrouvons l’Argentine, si belle, si fascinante mais si exaspérante avec ses route bloquée par les manifestants et les colas, les files pour obtenir à peu près tout. Puis c’est la visite de Mic&Mic avec qui on amorce la découverte du Brésil, ce pays immense et si diversifié. Rio wow! Brasilia, capitale à l’urbanisation futuriste et villes historiques telles Salvador.

Salvador, superbe ville coloniale
Salvador, Brésil

Nos coups de cœur : L’accueil des colombiens et la nature brésilienne.

les amis les oiseaux
Brésil

Trajet mémorable: Mendoza à Santiago

Le Puente del Inca
Entre Mendoza et Santiago

Maladie: Rien de grave mais on a rapporté des tiques de la jungle

Les Marianna!
Dans la jungle colombienne

Expérience: Bénévolat au Guatemala

Presqu'aussi heureuses que ceux qui leur ont offert...
Dans un orphelinat au Guatemala

Bilan financier : Nous avons réussi à arriver under malgré les croisières. Il faut avouer qu’on a eu un coup de main de la famille à plusieurs reprises. Pas aussi cheap que l’Asie. Mais quand on a mangé notre premier quart de poulet St-Hubert au retour, on a réalisé comment tout était vraiment relatif. Fin des souper au resto pour un bon bout de temps

Suite

Entre temps, on peut vous annoncer officiellement que notre film sera à l’affiche de la programmation des Aventuriers Voyageurs dès octobre prochain.

Merci à vous tous de nous avoir suivis… un gros merci tout spécial à ceux qui ont pris quelques minutes pour nous écrire. Ça fait vraiment plaisir. On a bien l’intention de garder en vie le blogue… pour encore au moins un an question de se rappeler de bons souvenirs.

M&M

Au monde des PPP (plongeurs, paquebots, pancartes à vendre)

Notre impression de Cozumel, avant d’y mettre les pieds, est celle d’une île paisible où le scooter est roi,  de plages de sable fin à perte de vue et d’une petite ville coloniale. Le paradis du sportif où l’on peut même y faire un Ironman…

À notre grande surprise, il n’y a pas de plage publique près de San Miguel de Cozumel. Il faut prendre un taxi pour s’y rendre. Pas de transport en commun pour s’imprégner de la culture locale. Les plages des hôtels sont privées. Il y a  des bar-terrasses en bord de mer qui vendent l’accès à la plage. C’est un peu décevant pour les voyageurs à petit budget comme nous.

Superbe eau, paradis des plongeurs...et des cyclistes
Superbe eau, paradis des plongeurs…et des cyclistes

L’abc pour se rendre à Cozumel… Nous prenons un vol (cheap!!) de Fort Lauderdale vers Cancun. De l’aéroport, nous embarquons dans un bus ultra confortable pour une balade d’environ 1h qui nous amène au centre-ville de Playa del Carmen pour 13$.  De là, un ferry nous mène jusqu’à l’île. Un autre 13$… 40 minutes.

À notre sortie du ferry, nous aurons un premier contact avec la mafia du taxi… et quelques minutes plus tard aux effets de l’ouragan Wilma (2005), de la spéculation des américains et de la crise financière de 2008 et des rumeurs* de dangers de visiter le Mexique.

Résultat… une maison sur deux a l’air d’être en ruine, flanquées par de grosses cabanes chics d’étrangers. Le tourisme n’est plus seulement le plongeur à la découverte des coraux mais bien les croisiéristes. On aime bien les croisières, on en a même fait quelques-unes. Toutefois, ce type de tourisme a des conséquences fâcheuses, pour ne pas dire poches.

Paysage de San Miguel de Cozumel
Paysage de San Miguel de Cozumel

Les gens qui arrivent sur l’île sont là pour quelques heures. Les habitants de l’île les harcèlent pour leur vendre un souvenir, une balade en taxi, en bateau, en moto, un accès à la plage, un lunch, des bijoux, des diamants…

Malgré tout il est clairement plaisant d’y passer l’hiver. On y trouve une grosse communauté d’expatriés. Des américains, des européens et même des canadiens. On fait de belles rencontres.  L’arrêt de six bateaux de croisière par jour permet l’émergence de services comme de grosses épiceries, centre d’achats, services médicaux de haut niveau, etc.

Carnaval en préparation
Carnaval en préparation

Les grands moments de notre visite :

  • L’ambiance du carnaval annuel,
  • La nourriture mexicaine et les taquerias,
  • Le tour de l’île à vélo
  • La température parfaite… chaude!
  • La «découverte» de services de santé à bon «precio»… clinique médicale, pharmacie et dentiste pour vraiment pas cher. On aurait dû en profiter mais nous y étions pour seulement cinq jours.

    Bonne bouffe mexicaine: tacos, enchiladas et compagnie! Ah, la Sol et la Tecate!
    Bonne bouffe mexicaine: tacos, enchiladas et compagnie! Ah, la Sol et la Tecate!

Conclusion : Si vous allez à Cozumel, choisissez un complexe hôtelier et sortez une journée ou deux pour aller en ville. Ce sera bien assez pour la découvrir! Si vous optez pour un petit hôtel ou un B&B, considérez sérieusement la location d’une voiture. Ils offrent de petites VW Beetles des années 70 décapotables. Très tendance pour aller à la plage, plonger en apnée, visiter des sites archéologiques ou se faire photographier tout dépeigné!!

*On dit rumeurs parce qu’il y définitivement des endroits plus à risque au Mexique mais Cozumel n’est certainement pas l’un de ceux-là.

Playa del Carmen
Playa del Carmen

 

Léger, très léger ou extrêmement léger?

Posés depuis moins de dix jours en Floride à notre retour du Salvador, le prix des billets d’avion pour le Mexique nous incitent à repartir de plus belle.

Notre défi cette fois-ci, partir sans bagage!  Nous choisissons une escapade à Cozumel avec Spirit Airlines, la compagnie qui offre des vols à prix dérisoires.

Le prix du billet est très intéressant SURTOUT si on ne transporte  pas de valise. Le billet ne coûte que 200$ si on ne transporte qu’un item personnel. Il ne doit pas dépasser les dimensions suivantes; 16″ x 14″ x 12″.

Si on ne réussit pas ce tour de force, il faut ajouter entre 35$ et 100$ en supplément par bagage à main ou valise en soute.

Voici le contenu de notre item personnel.

Voyager avec un item personnel
Voyager avec un item personnelLé

Avantages

  • Facilite les déplacements car il est léger (prendre le bus, marcher jusqu’à  l’hôtel…)
  • Permet de bouger fréquemment (idéal pour les circuits «sauts de puces» où on doit dormir un jour ou deux dans un hôtel et changer d’endroits à plusieurs reprises),
  • Évite que la compagnie aérienne ne perde votre bagage,
  • Permet de toujours être premier aux douanes,
  • Réduit au minimum le questionnement sur ce qu’on va porter comme vêtement (une fois sur place, car avant de partir, les questionnements sont intenses),
  • Ne nécessite qu’une petite brassée de lavage au retour.

Inconvénients

  • Avoir à laver/rincer son linge dans la douche à tous les soirs (c’est moins pire qu’on le pense… toutefois, il arrive qu’on enfile un «short» humide le lendemain)
  • Oblige à voyager dans un pays chaud car les vêtements protégeant du froid sont encombrants,
  • Implique de collectionner les bouteilles de format voyage afin de respecter la règle du 100ml à bord de l’avion et il faut laisser à la maison votre canif, vos ciseaux, limes en métal…
  • Ensachez vos vêtements dans des «ziploc». Car si fouille il y a, vos slips ne se retrouveront pas à la vue de tous les passagers!!

 Êtes-vous prêt à relever le défi? Bon voyage…

L’amour d’un chien pour mon sac

Il est 5h du matin et nous arrivons de San Salvador. Nous venons de récupérer nos bagages et le chien renifleur s’approche tout doucement de nous. Soudainement, il saute sur mon sac à dos tel un renard sur un mulot enfoui dans la neige! Il est en extase «sur» mon sac à dos. C’est l’amour à l’aéroport de Fort Lauderdale! Le douanier me sourit, je lui rends la pareille. Il offre un jouet à son chien et repart aussitôt. Commence alors notre introspection.

Est-ce que c’est le délicieux café que nous avons rapporté qui le fait réagir ainsi? On révise la liste des items défendus. Quelqu’un a pu mettre des objets prohibés dans mon sac? Après de longues minutes d’attente angoissantes en file, notre tour arrive finalement de remettre notre formulaire de déclaration au douanier.  Le chien revient pour un deuxième tour de piste et il a encore une vive réaction. Il détecte quelque chose de suspect. On a un problème. Pourtant, ça fait plus de douze fois qu’on prend l’avion au cours des quatorze derniers mois et nous n’avons été victime d’aucune fouille. La treizième fois sera peut-être fatidique.

Nous sommes blêmes d’une nuit blanche dans l’avion mais c’est surtout l’idée de la fouille qui nous déplaît. Le douanier nous apostrophe alors :

«Do you have any medications, drugs»?

«Si, si, oups, yes, yes,»

« What types of drugs? »

« Many, I don’t remember the names »

Le douanier nous prie de déposer nos sacs sur le comptoir et enfile ses gants. Il amorce la fouille de nos sacs et nous demande alors;

«Any narcotics»?

Euuuhhhhh, non mais nous avons des pilules. Beaucoup de pilules. C’est la faute de la Clinique du Voyageur. Quelques consultations nous permettent d’établir les vaccins à être idéalement administré et les médicaments à transporter.  On a :

  • Malarone et chloroquine; deux types de pilules pour la malaria en fonction des régions que nous visitons;
  • Dexamétasone pilules pour l’altitude
  • Azythromicine  et Cipro contre les infections aux bactéries,
  • Antihistaminiques pour les allergies,
  • Tamiflu pour le H1N1 ou autre forte grippe
  • Immodium pour la diarrhée,
  • Gravol pour le mal de cœur,
  • Gastrolyte pour combattre la déshydratation,
  • Eno et Peptobismol pour les maux de ventre,
  • Acétaminophène et ibuprophène pour les petites douleurs de tous les jours,
  • Quelques seringues et thermomètres,
  • Sans parler des crèmes cortisone, Polysporin…

Une petite pharmacie quoi!

Notre trousse de médicaments
Notre trousse de médicaments

Malgré notre explication quant à l’utilité de ces médicaments, il nous regarde d’un air sceptique. Il appelle alors le chef pour s’assurer de la marche à suivre. Nos rires sont plutôt crispés, nerveux et jaunes! Nous signalons que nous avons les feuillets explicatifs et l’étiquette de prescription de chacun des médicaments.

Ils remballent nos sacs et les déposent dans le scanneur. Celui de Marie-Anne ressort sans problème. Le mien cependant montre une anomalie.

Il est rendu 6h15 du matin, nous n’avons pas encore eu droit à notre café.

Le douanier nous lance alors dans son anglais mâché;

«You have pot?»

«What? Pot? Of course not.»

«No, I mean you have a pot in your bag?»

«Si, si, yes, yes, it’s a pot which serves to boil water for our morning coffee…»

«OK, you’re good to go!»

Ouf… on a enfilé nos sacs, on est reparti lentement vers la sortie de l’aéroport. Nous n’avions plus besoin d’un café car nous étions très bien réveillés!!

Welcome to the United States of America!!

On doit ajouter que nous sommes heureux de transporter cette trousse mais que nous l’utilisons rarement. Nous avons aussi constaté qu’il est EXTRÊMEMENT facile de se procurer une grande majorité de ces médicaments dans les pharmacies de tous les pays que nous avons visités sans prescription. On peut même les acheter à l’unité et ce, à prix dérisoires. Bon voyage!!

Instructions et prescription
Instructions et prescription