Sucre à la crème et Costa Rica!!

Liberia: un Mc Do connu et un kric krac kroc

On veut camper dans un parc national du Costa Rica. Ça tombe bien car il y en a un à moins de 100 km de la frontière du Nicaragua. Ce serait parfait suite à notre passage à la douane. En cours de route (très sinueuse et montagneuse), on décide de rebrousser chemin car le Suzucamp fait des kric krac krocs un peu inquiétants.

Guichet automatique mobile!!
Guichet automatique mobile!!

On s’imagine essayant de se ralentir quand la direction ne répond plus… sur cette route bordée de précipices. Fuck le parc national. Au moins si on tombe en panne sur la Pan-American on pourra se faire secourir et peut-être s’en sortir vivants!

On arrive à Libéria, un peu stressé par notre bolide et on s’arrête à un Mc Do auquel on s’était arrêté lors de notre voyage il y a 2 ans. Notre but est de faire des recherches sur internet. On veut savoir s’il y a un concessionnaire Suzuki. On a un urgent besoin de mécaniciens.

La rotula défectueuse
La rotula défectueuse

Pas de concessionnaire Suzuki. Pourtant, une voiture sur 2 est un Suzuki Jimny ou Vitara. Il est 15h, un samedi 29 décembre. Les garages se préparent pour un long week-end. Heureusement, on trouve un mécanicien polyvalent qui a déjà plusieurs Suzuki dans sa cour. Il nous fait une inspection mais il n’est pas en mesure de trouver le problème. Une chose est certaine : No es peligroso. C’est ce qu’on voulait entendre. Ce n’est pas dangereux. Honnêtement, à le voir pousser avec sa barre de métal sur toutes les pièces de la direction, j’ai peur qu’il brise quelque chose. Le mécanicien est surpris de voir autant de rouille mais il est positif : il est sécuritaire votre bolide. Tout un cours d’espagnol!!

Le cœur léger on se prépare pour un dodo venteux dans une micro chambre à Liberia. Pas vraiment plus grand que notre walk-inn à l’Ile-des-Sœurs.  Au petit matin, départ vers Tamarindo. On espère que l’auto se rende. On dit que tout ce qui craque ne casse pas, vrai?

Tamarindo : le Québec et les fêtes viennent à nous

Comme deux Thomas on est arrivés à Tamarindo sans problème mais tout en « étudiants » le fameux bruit avec attention.

On prend possession de notre condo qu’on partagera avec Mic&Mic, les parents de Martin. Le condo est bien. Il est assez grand avec deux étages, deux chambres et beaucoup d’air climatisé. Une belle cuisine fonctionnelle avec un grand frigo. UN FRIGO.  On se paye le luxe de faire du lavage à la laveuse. Ah et une douche à l’eau chaude!!!!

En configuration taxi!
En configuration taxi!

Après avoir vidé la voiture de son contenu, on fait une mission à l’épicerie car on attend Alain, Guylaine et Mimi des amis de Martin qui sont aussi au Costa Rica. Crevettes, thon etc. On retrouve dans cette épicerie « Auto-Mercado » tous les luxes des épiceries de chez nous.

Finalement, Alain et sa famille ont un contretemps et ils ne seront pas des nôtres ce soir.

Le lendemain matin, 31 décembre, on part en mission pour trouver une voiture à louer pour aller chercher Mi&Mic à l’aéroport à Liberia à moins de 100km de Tamarindo. En cette veille jour de l’an c’est une mission impossible. On va chez le garagiste (pas d’adresse : en diagonal avec l’église!!). Peut-être qu’il pourrait nous réparer ça express!? Avant, on fait une inspection nous-même et on trouve finalement le problème. On le film. On apporte la caméra au garagiste. Eh oui c’est la rotule! Mais la rotule de stabilisation. Pas de  direction, ni de suspension… il n’a pas la pièce mais on a une autre confirmation : No es peligroso!

On prend la route tranquillement vers Liberia (on s’est donné assez de « buffer » pour être en mesure de s’y rendre en bus en cas de besoin. Nous faisons plusieurs petits arrêt en route entre autre pour faire l’achat de chaises de plage et d’un presse jus.  Mais Le Suzucamp tient bon et nous accueillons Mic&Mic à l’aéroport avec grande joie!!

Le retour en groupe dans le Suzucamp est merveilleux. Nous avons recréé des bancs avec les tapis de sol. C’est magique d’être assis derrière. On jase… malgré le trafic et la chaleur (35 celcius), le retour passe vite.

Nous avons droit à de grandes surprises de la part de Mic&Mic. Sucre à la crème, chocolat Laura Secord, mousse aux crevettes (congelée… qui n’a même pas eu le temps de dégeler) et produits Clinique pour chacun de nous pour qu’on reste beaux encore longtemps!!

Noël, la veille du jour de l'an, avec mes parents
Noël, la veille du jour de l’an, avec mes parents

De notre côté, on avait décoré l’arbre de Noël et sortis le papa Noël et le mouton (en guise de renne).

On a mangé un repas de rois. On aurait aimé écouter le Bye Bye mais notre connexion internet, assez bien mais pas parfaite, nous en empêchait. Elle nous a tout de même permis de jaser avec la famille Pelletier. Champagne à la main, à minuit (ou 1h heure de Montréal), on s’est souhaité la bonne année. Pour notre part, la résolution de 2013 : voyager plus. Hi!hi!

Après une excellente nuit de sommeil (c’est le fun d’avoir un endroit calme, pas trop chaud, pas de moustiques, ni de chien ou de coqs), la gourmandise continue avec rien de moins que du tossino. Du bon bacon! Après plusieurs semaines de céréales, les toasts au fromage sont tellement bienvenus.

Nos journées ensemble sont remplies d’escapades à la plage, de lecture sur le bord de la  piscine, de marches dans la ville et de missions à l’épicerie. Les grandes vacances!  Les grandes constantes sont l’excellente nourriture qu’on (sauf moi) prépare : ceviche, thon, crevette, spaghetti à la viande, hamburgers sur le charcoal, steak. Après le souper, on fait notre marche réglementaire pour bien faire descendre le tout. Le challenge est de gérer notre chemin de terre et les sections « pas de trottoirs ». Disons que les automobilistes nous poussièrent en masse.

Trio à Tamarindo
Trio à Tamarindo

Nous faisons une excursion dans un parc d’animaux sauvés d’une mort certaine et un souper au super Diria hotel, l’hôtel chic de Tamarindo… on y mange de la pizza sur la terrasse.

Après autant de jours de route, le repos était tellement bienvenu. Le luxe d’un condo et le réconfort de la famille. Wow! On est chanceux.

La grande vie!
La grande vie!

Merci Mic&Mic d’être venus nous voir!

Jaco : camping et moustiques

Après des ‘au revoir’ tristes, nous sommes repartis de plus belle vers le sud. Mic &Mic retournent vers Montréal et nous, nous avons 3 jours pour faire 1000 km car nous rencontrons les parents de Marie-Anne à Panama City.  En Amérique du nord, ce n’est pas un problème mais en Amérique Centrale, avec une douane…c’est un beau challenge.

On s’arrête en terrain connu. Jaco est sur notre route. On campe! On veut réduire la moyenne du budget. On lave le Suzucamp pour la première fois depuis notre départ. Il en a besoin. Les douanes avec arrosage anti-bibittes et la poussière de notre rue à Tamarindo lui ont forgé une belle croûte.

Ça s'imposait!
Ça s’imposait!

Après s’être installé, s’être bien badigeonné de chasse-moustiques, Martin se fait féliciter par nos amis du Costa Rica pour notre installation de moustiquaire/auto en baldaquin (ils sont bien écœurés de se faire manger par les moustiques). On est allé manger au Fish Taco Bar. Miam! Alain nous en avait parlé et les louanges n’étaient pas surfaites.

On pensait avoir fait le deal du siècle avec notre camping mais on a changé d’idée quand, en pleine nuit, ils sont venus vider la fausse septique (avec deux pompes pratiquement collées sur notre lit!). À 2h du matin plus précisément. Ça c’est sans compter le gardien du resto d’à côté qui faisait jouer sa télé à tue-tête, comme s’il essayait d’enterrer les pompes.

Le lendemain matin, même si on a vraiment mal dormi, on est capable de faire preuve de discernement et d’avouer que Jaco, c’est beau en maudit. Il y a plus de commerces qu’il y a 2 ans et il y a le même immeuble à condo abandonné. Eh qu’on pourrait faire quelque chose de hot avec ça!

Camping à Jaco
Camping à Jaco
Plage de Jaco
Plage de Jaco

 

On se prend une bonne douche avec les moustiques et hop, c’est un départ. Il ne fera pas fret aujourd’hui.

La route vers le Panama est belle. Plus belle que ce qu’on se serait imaginé. Tout est asphalté et pas trop de montagnes. Il y a un peu de courbes mais juste assez pour nous tenir réveillés.

PS : On a fait réparer les deux rotulas du Suzucamp le 2 janvier au matin. Le tout pour 80$. Merci Minor!!!! Minor, c’est le nom du mécanicien!!

9 réflexions au sujet de « Sucre à la crème et Costa Rica!! »

  1. allo les touristes,
    contente de recevoir de vos nouvelles, quel trip! je vous envie (peche capital je sais, mais que voulez-vous on ne peut etre parfait!)jBOBECSXX
    lorraine et ti-jo

    1. Bonjour à vous deux!!

      Mine de rien, on prend le temps de se pincer pour réaliser à quel point on est chanceux de pouvoir se balader à travers ces pays sans trop de problèmes!! On continue à se croiser les doigts pour que tout aille pour le mieux!!

      à plus

      M&M

  2. Je me demandais vraiment comment survivait la Suzucamp. Fiou ! Et bravo pour les bancs arrières. Les fans de mini-vanne seront confondus !

    1. Bonjour Josiane,

      Disons que c’est un peu pas légal. Toutefois, en voyageant dans ces pays où les règles sont un peu moins contraignantes ça nous permet de faire preuve d’un peu d’imagination mais surtout de s’amuser!!!

      J’avoue que d’assoeir nos parents sur ces banquettes improvisées… c’est plutôt ‘Especial’!!

      à plus

      M&M

  3. Salut à vous deux,

    Nous avons vécus des moments merveilleux ensembles et merci à vous deux de nous avoir accueillis et nous permettre de partager cette belle semaine.

    PÂ et MÂ
    XXXXX

    1. Bonjour à vous deux!!

      C’est bien à Antigua que vous êtes allés… Avez-vous des photos?

      Nous devons vous avouer que nous passons rarement une journée sans parler de la Pyramide!!

      à plus

      Martin et Marie-Anne

Laissez-nous vos commentaires