Un drapeau canadien à l’horizon…

C’est à regret que nous avons quitté la plage de Puerto Lopez. On était bien, sur la côte Pacifique de l’Équateur. On a pu manger du poisson au quotidien et prendre des apéros en bord de mer!! La température plus chaude nous a permis de relaxer et surtout de prendre le dessus sur nos rhumes!

On a donc repris la route des montagnes en direction de Cuenca. Chemin faisant, on est allé se perdre à Guayaquil pendant près d’une heure… Malheureusement, notre GPS est plus près de la boussole qu’autre chose… Il montre une route mais le bolide est constamment à côté de celle-ci?? Essai, erreur, essai, erreur… On a finalement trouvé la bretelle du pont!! Yahoo!

Une heure avant de se pointer à Cuenca, on a eu la chance de traverser le parc national Cajas. Une superbe balade dans le paramo! En effet, cet écosystème qui fournit l’eau à la vallée de Cuenca, nous a permis de voir une foule de lagunes au détour des nombreuses courbes de la route!

 

Cuenca est une ville qui a gardé son charme colonial malgré la forte présence occidentale. Beaucoup d’américains s’y sont installés pour leur retraite profitant d’un climat printanier à l’année. Les rues sont encore faites de pavés et on peut y admirer plusieurs églises. Le rio Tomebamba provenant des montagnes coule en son centre et permet une jolie promenade sur sa rive. On peut y découvrir des vestiges Incas. On y a acheté notre fameux Panama Hat! Et on a même pris la chance de goûter au cuy!


Le cuy est une délicatesse que les Équatoriens s’offrent occasionnellement. On l’enfile sur un bâton et on l’enduit d’un beurre d’achiote pour le cuire sur charbon de bois… Mais qu’est-ce que du cuy? C’est du cochon d’Inde!!!! Le goût est doux mais l’image qui nous reste en tête est difficile à oublier… Bref, vive les ailes de poulet!

En compagnie de la présidente d'Homero Ortega
En compagnie de la présidente d’Homero Ortega

  Anecdote : Le chapeau ‘Panama’ est originaire de Cuenca en Équateur et non du Panama. C’est ce chapeau reconnu pour sa légèreté et son confort qui fut fourni à tous les travailleurs du canal de Panama au début du siècle dernier. C’est ainsi qu’il se procura un ‘nom’ et la popularité dont il jouit encore aujourd’hui! Les chapeaux Homero Ortega

Trois nuits plus tard, on a repris la route vers le sud en direction de Vilcabamba. Située dans la vallée de la longévité, une foule de retraités de pays développés occidentaux s’y sont établis. Malheureusement, le centre du village n’est maintenant occupé que par des cafés et des restaurants accessibles seulement aux touristes fortunés. Les locaux ne peuvent pas s’offrir les plats qui y sont servis. Solidarité obligeant, on a donc fréquenté seulement les restos Équatoriens!!

Un gros garage : En chemin, on a dû s’arrêter pour remplacer une des rotulas Costaricienne par un modèle Équatorien! On avait pourtant changé les deux le 1er janvier 2013 à Tamarindo au Costa Rica. Sachant que Vilcabamba est reconnu comme un village qui abrite plusieurs centenaires, nous espérons que ça aura un effet sur notre SuzuCamp!! Facture 20$!

Après cette dose de longévité, on fonce vers le Pérou!! On a dû littéralement s’extirper pendant près de cinq heures des montagnes Équatoriennes avant de voir notre premier drapeau Canadien ou plutôt Péruvien!! 200km de courbes ininterrompus !

Le Drapeau Péruvien ressemble étrangement au drapeau Canadien. Il ne manque que la feuille d’érable!! Nous fûmes confondus en traversant le pont international qui relie l’Équateur et le Pérou à la vue de ce drapeau rouge et blanc… Le drapeau Péruvien

Ce passage de douanes fut le plus facile depuis notre départ du Québec. Est-ce l’expérience ou la bonté des douaniers de ces deux pays… bref, dès notre départ des douanes péruviennes, on a pu constater que  le niveau de vie du Pérou est vraiment inférieur à celui de l’Équateur.

Le pétrole Équatorien y est pour beaucoup. On a retrouvé, non sans déception, le litre d’essence à 3.70 Soles ou 1.40$… Les voitures sur la route sont majoritairement âgées de plus de quinze ans. On croise sur la chaussé des ânes, des chèvres, des poules, des chiens et des bus …

Toutefois, on est sorti des montagnes!! On est entré dans le désert de la côte Péruvienne, c’est plat et on avance maintenant à une moyenne de 80km/h au lieu des 50km/h des six derniers mois… Le pilote et le co-pilote apprécient cette pause de courbes incessantes!! En plus, il fait soleil au Pérou!!!! À nous les Moche, Chimu, Incas…

5 réflexions au sujet de « Un drapeau canadien à l’horizon… »

  1. Allo les touristes,
    Je suis toujours étonnée d’assister par la magie de l’informatique à votre périple qui ne fini pas de m’étonner. J’espère que tous ces écrits sont précieusement conserver et que vous trouverez le temps soit d’en faire un livre ou mieux de monter une conférence power point pour initier les téméraires au voyage! Copyright pour mon idée!

    BobecsXX et à plus, Lorraine

    1. Lorraine,

      nous t’engageons immédiatement (aspect financier à discuter à notre retour)pour être note impresario. Nous annonçons que le film du voyage est déjà en préparation.

      😉

  2. OUF, Je pensais que vous étiez déjà revenus et que j’avais manqué quelques épisodes toujours aussi intéressants à lire. Vous faites rêver!

    1. Hi!hi! on t’as bien eu! Contents d’avoir de tes nouvelles!
      On a aussi un drapeau canadien à l’horizon car Ninon viendra nous rejoindre pour notre trek au Machu Picchu. Yahoo! De la visite du Québec.

Laissez-nous vos commentaires